AIP Côte d’Ivoire-AIP/ COVID-19: Cent quarante-quatre nouveaux cas enregistrés lundi APS MACKY SALL PROMET UNE RÉORIENTATION DES ALLOCATIONS BUDGÉTAIRES EN FAVEUR DE L’EMPLOI APS LE CHEF DE L’ETAT ANNONCE L’ALLÈGEMENT DU COUVRE-FEU À DAKAR ET À THIÈS APS L’ÉDITION 2021 DE LA CAN U17 ANNULÉE (MÉDIAS) APS DES FEMMES LEADERS POLITIQUES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR UN DIALOGUE CONSTRUCTIF APS HIÈS REÇOIT SA DEUXIÈME DOTATION DE VACCINS ANTI-COVID GNA COVID-19 Vaccination: GHS vaccinates 300,000 people within a week ANGOP COVID-19: ANGOLA DETECTA VARIANTES SUL-AFRICANA E INGLESA ANP Diffa : Forte mobilisation des femmes à la célébration de la journée du 8 mars dans la ville ANP Présidentielle au Niger : Mahamane Ousmane dépose un recours devant la Cour Constitutionnelle

Côte d’Ivoire-AIP/ Plaidoyer à Kouassi N’Dawa pour l’achat de l’anacarde au prix fixé par l’Etat de Côte d’Ivoire


  31 Janvier      18        Société (29567),

   

Bondoukou, 31 jan 2021 (AIP) – Le porte-parole des chefs traditionnels des 21 villages de la Sous-préfecture de Bondoukou, Tolé Sié Kobenan a plaidé pour l’achat de l’anacarde au prix fixé par l’Etat de Côte d’Ivoire, lors d’une rencontre avec le préfet de région, samedi 30 janvier 2021 à Kouassi N’Dawa, à 14 km de Bondoukou (Nord-est, région du Gontougo).

Selon le chef Kobenan, les acheteurs payent l’anacarde en deçà du prix fixé par l’Etat, ce qui constitue un manque à gagner pour les producteurs de la région. Il a sollicité le préfet de Région, Sory Sangaré pour qu’il œuvre auprès du Gouvernement et du chef de l’Etat afin d’accorder une attention particulière à ce désagrément pour que les paysans vivent normalement de leur produit.

Pour le guide coutumier, l’anacarde depuis quelques années s’écoule difficilement sur le marché alors qu’il pourrait être transformé en usine sur place. Cette situation à une incidence sur le développement des villages notamment, la baisse du taux de scolarisation à cause de la mévente de l’anacarde, a-t-il déploré.

L’annonce tardive par le Gouvernement du prix officiel de la noix de cajou est une occasion pour les contrebandiers d’écouler la marchandise vers les pays limitrophes, a révélé Tolé Kobenan qui a soutenu que cette fuite du produit est un crime contre l’économie ivoirienne. Il a plaidé pour que la date de la fixation du prix soit en adéquation avec la période de production.

Depuis la survenue du COVID-19 en Côte d’Ivoire en mars 2020, les activités liées à la production, au stockage, à la commercialisation et à la transformation de l’anacarde ont fortement baissé, obligeant l’Etat de Côte d’Ivoire à mettre en place un plan de riposte dont l’un des axes est l’achat de 200 mille T de noix de cajou auprès des producteurs.

Dans la même catégorie