ACP Restitution de la mission d’inspection des sites d’installation des ZES en RDC ANG Gestão fundos públicos/Observatório da Democracia e Governação considera “pouco transparente” OGE/ 2020 ANG ACNUR / Censo sobre refugiados para efeitos de naturalização entra na fase conclusiva ANG Justiça/Ministro afirma que é chegado o momento de tomada de grandes decisões sobre funcionamento do sector GNA Africa Universities urged to develop vaccine for Covid-19 GNA GCB Bank Ltd retools Kumasi Judicial Service Clinic GNA Ablekuma Municipal Assembly showcases its achievements AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ La BAD maintient le cap du document de stratégie-pays (DSP) 2017-2021 à Madagascar ABP Le commissaire de Natitingou et son adjoint mutés ACP Les bons du trésor et l’appui budgétaire ont financé le déficit du trésor de 564 millions USD du 1er janvier au 06 novembre 2020

Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : Des organisations des droits de femmes appellent à un dialogue au plus niveau des leaders politiques


  29 Octobre      15        Politique (13071),

   

Abidjan, 29 oct 2020 (AIP)- Des membres d’organisations des droits de femmes appellent à un dialogue au plus niveau entre le chef de l’Etat, Alassane Ouattara et les leaders de l’opposition afin de trouver un compromis acceptable sur la tenue de la présidentielle de samedi.

Trois responsables de ces organisations ont animé, jeudi 29 octobre 2020, une conférence de presse, au siège de l’Organisation nationale pour l’enfant, la femme et la famille (ONEF), à Abidjan-Cocody, pour tirer la sonnette d’alarme sur les scènes de violences qui se multiplient sur l’ensemble du territoire avec les pertes en vies humaines et les destructions de biens.

« Au nom de la Côte d’Ivoire, notre patrie malade, nous vous demandons, Monsieur le président de la République, qui est le père de la nation, donc de tous les ivoiriens et de toutes les ivoiriennes, de prendre les décisions qui s’imposent afin que l’héritage du Père fondateur soit préservé », a souligné la présidente de l’ONG Vivre sans violence, Kouakou Nathalie, dans la déclaration liminaire.

Les conférencières demandent avec « insistance et instamment » les hommes politiques de s’appesantir sur le drame que la situation qui prévaut en ce moment peut entraîner et d’accepter, dans ce laps de temps avant le scrutin, d’entrer en eux, de laisser leurs égos de côté et de se parler pour le bien des populations.

Dans la même veine, elles envisagent un grand rassemblement vendredi, la veille du scrutin, au stade d’Anono, dans la commune de Cocody, suivi d’une marche pacifique pour interpeller les acteurs politique sur leur attachement à la paix.

Les ivoiriens sont appelés aux urnes le 31 octobre pour élire le nouveau président de la République. Quatre candidatures ont été validées sur les 44 dossiers réceptionnés par la Commission électorale indépendante (CEI). Il s’agit du président sortant, Alassane Ouattara, issu du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), de Henri Konan Bédié, du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, de Pascal Affi N’Guessan, du Front populaire ivoirien (FPI) et de Kouadio Konan Bertin (KKB), candidat indépendant.

Nathalie Kouakou a animé cette conférence de presse avec Rachel Gogoua du Groupe des organisations féminines pour l’égalité homme-femme (GOFEHF) et Me Diallo Sissoko Geneviève, du Réseau Paix et sécurité pour les femmes de l’espace CEDEAO Côte d’Ivoire (REPSFECO-CI).

Dans la même catégorie