APS ’’CASH TRANSFER’’ : PLUS DE 2 MILLIARDS CFA AUX MÉNAGES DE KAFFRINE APS « RAABI », LE DESTIN TRAGIQUE DE LA FEMME SÉNÉGALAISE SUR LES PLANCHES DE SORANO AIP Une mission de redynamisation du comité local de lutte contre la migration irrégulière à Daloa AIP Un plan d’action en élaboration pour repenser le système LMD dans le supérieur public AIP Le budget triennal 2023-2025 de la commune de N’douci en hausse APS Un animateur de radio invite les jeunes chanteurs à davantage s’inspirer du folklore local APS SAINT-LOUIS : LES PARTENAIRES SOCIAUX INVITÉS À PRIVILÉGIER LE DIALOGUE APS Diverses activités culturelles au menu du Festival de cinéma « Les Téranga » APS 1,4 milliards FCFA pour soutenir des projets de la Grande muraille verte GNA NASPA launches 12th annual terminal congress in Takoradi

Côte d’Ivoire-AIP/ Sinfra, une zone propice à la production de riz


  16 Mai      27        Agriculture (2875),

   

Sinfra, 15 mai 2022 (AIP)- Le département de sinfra présente de nombreuses potentialités pour la production du riz, a confié l’agro-entrepreneur et gérant d’une rizerie locale, Pol Bohui, samedi 14 mai 2022 sur son site de production situé sur l’axe Sinfra-Issia.

Plus connu sous le nom de « Pol le rizicologue », l’agro-entrepreneur a commencé par montrer la place du riz dans les habitudes alimentaires des populations.

Il a dit que le riz est la principale denrée alimentaire des ivoiriens et que le gouvernement a élaboré une stratégie pour atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2025, en appesantissant sur les énormes potentialités que le département offre en matière de production de riz local.

« Il y a à Sinfra plus 25 000 hectares de plaines inondables communément appelées bas-fonds avec des sols propices à la riziculture jusqu’à la limite des départements voisins à valoriser. Ce qui constitue un grand atout », a-t-il précisé.

Il a mis en relief la disponibilité de la main d’œuvre que constitue la jeunesse, pourvu que ces jeunes soient soutenus et il y a des structures qui sont prêtes à financer les projets rizicoles des jeunes.

« Il existe une plateforme au sein de l’organisation interprofessionnelle des acteurs de la filière riz (OIARIZ) pour accompagner les producteurs dans l’approvisionnement en semences de qualité, dans la fourniture d’intrants jusqu’à l’aide à la commercialisation », a-t-il souligné,  en précisant qu’ il existe déjà plus d’une vingtaine d’unités de transformation seulement sur le territoire communal.

L’agro-entrepreneur a, en outre, insisté sur les opportunités d’auto-emploi pour les populations, en notant que  plusieurs activités économiques se créent aux différentes étapes de la production à savoir le transport des lieux de production vers les moulins, les chargements et déchargements des camions, le tamisage pour différencier la farine basse de la brisure.

Il a fait remarquer que la Côte d’Ivoire a un besoin total de 2 200 000 tonnes par an en riz. Le pays  ne produit qu’entre 50% et 60% de ses besoins et l’État débourse en moyenne 450 millions d’euros, qui équivalent à environ 300 milliards de francs CFA chaque année pour importer du riz, rappelle-t-on.

Dans la même catégorie