APS KAOLACK : PLAIDOYER POUR ÉRIGER MÉDINA BAYE EN COMMUNE APS PRÈS D’UNE TONNE DE CHANVRE INDIEN SAISIE PAR LES DOUANES DE KAOLACK APS LES ÉLECTIONS À LA CAF, UN VIRAGE IMPORTANT POUR LE FOOTBALL CONTINENTAL (GIANNI INFANTINO) APS DES ARBITRES ÉGYPTIENS ET GUINÉENS POUR LES PROCHAINS MATCHS DES LIONS MAP L’ambassadeur Hilale saisit le SG de l’ONU et le CS sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf MAP Conférence de l’Institut américain «Brookings»: M. Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l’impulsion de SM le Roi MAP L’initiative noble de SM le Roi d’aider les pays africains en temps de pandémie, un modèle de solidarité intra-africaine (ministre kényane des AE) MAP Jusqu’à 500 millions de DH pour l’aménagement de Harhoura, une destination touristique prisée MAP Hilale démystifie auprès du SG de l’ONU et du CS la campagne hystérique de l’Algérie et du « polisario » sur la situation au Sahara MAP M. Amara plaide pour une mise en œuvre optimale du chantier de l’éducation routière

Côte d’Ivoire-AIP/ Une superficie de 150 ha réhabilitée par l’Association MALEBI dans la forêt classée d’Ahua


  26 Janvier      14        Société (29177),

   

Abidjan, 26 jan 2021 (AIP)- L’Association des femmes productrices et vendeuses de biomasse dénommée MALEBI a déjà réhabilité une superficie de 150 hectares dans la forêt classée d’Ahua, département de Dimbokro, depuis 2012, a révélé, mardi 26 janvier 2021, à Abidjan, la présidente Delphine Ahoussi, lors d’une conférence de presse co-animée avec son adjointe, Pélagie kissi.

Depuis 2018, ont expliqué les conférencières, une convention de partenariat de 10 ans existe entre son organisation et la Société de développement des forêts (SODEFOR) pour la gestion de cette aire protégée de 4500 hectares ainsi que l’exploitation des 30 hectares de la forêt classée de Sanvan, dans ce même département.

C’est dans ce cadre que MALEBI vient de boucler la mise en œuvre d’un projet d’une durée de 15 mois de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture (FAO) entamée depuis le 23 décembre 2019 et qui avait pour thème, « Développement d’un système de traçabilité pilote du charbon durable et légal basé sur la technologie blockchain ».

D’un coût de près de 58,5 millions de francs CFA, ce projet appelait les femmes à produire 500 sacs de charbons durable et légal en vue de sa commercialisation. Une activité qui a généré environ 200 emplois.

« Le bilan est positif par rapport aux acquis en matière de connaissances. Les femmes sont à féliciter car nous avons respecté le délai d’exécution. Le projet nous a permis de développer d’autres capacités et la FAO est fière du travail que nous avons abattu », s’est réjouie Mme Ahoussi, par ailleurs coordonnatrice dudit projet.

Selon elle, les prochains défis restent la poursuite du plaidoyer auprès de l’administration pour simplifier le cadre légal et politique, la mise en place des mesures incitatives économiques, l’engagement de MALEBI dans la transition vers le biocharbon et le biochar, la diversification des revenus des productrices membres de l’association et la recherche d’un financement pour poursuivre le développement de charcoal trace.

L’Association MALEBI, composée de 14 femmes, a été créée en 2008 avec pour objectif de combattre la pauvreté parmi les femmes et les jeunes, d’unir les agriculteurs et les producteurs de biomasse pour la gestion durable des ressources forestières et d’encourager la réhabilitation des forêts en Côte d’Ivoire.

Son siège social est à Abidjan mais les activités se déroulent à Dimbokro, précisément dans le village d’Ahua. Cependant, les responsables envisagent d’élargir son champ d’actions à d’autres localités du pays.

Dans la même catégorie