AIP Ladji Abou Sanogo installé officiellement dans ses fonctions de délégué général de l’UNJCI ACP La pastèque augmente la vitalité des vaisseaux sanguins, selon un médecin ACP Dr Nico ou génie artistique dans le fondement de la musique congolaise moderne (Arthur Kayumba) ACP La 20ème édition du Festival national de Gungu confirmée du 24 au 28 septembre 2020 au Musée national de la RDC AGP Siguiri/Société : Renforcement des capacités des jeunes au montage des projets. AGP Mamou/environnement : 10 hectares de forêts reboisés par les chasseurs de Teguereya APS LE PROJET GOYN PRÉSENTÉ AUX ACTEURS DE DIOURBEL APS LE CORONAVIRUS IMPOSE SA LOI AUX ASC APS COVID-19 : LE PIB RÉEL DU SÉNÉGAL SE CONTRACTERA DE 0,7 % EN 2020 (FMI) APS 30 FILLES DU CENTRE SAUVEGARDE DE THIÈS FORMÉES EN COUTURE

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ L’Italien Fabio Bucciarelli remporte le Visa d’or News pour son reportage sur le Covid-19


  5 Septembre      10        Médias (1367),

   

Abidjan, 5 sept 2020 (AIP)-Le photojournaliste italien a remporté le prix le plus prestigieux du festival Visa pour l’image, qui se tient à Perpignan, pour un reportage à Bergame, ville italienne à l’épicentre de la pandémie.

Le reportage de Fabio Bucciarelli, réalisé à Bergame, met en exergue un homme alité chez lui sous une image pieuse, une vieille femme emmenée par des secouristes en combinaison intégrale, des cercueils, un patient intubé en réanimation, d’autres qui attendent sur les brancards dans un couloir d’hôpital bondé…, rapporte RFI, samedi 5 septembre 2020

Ses photos sur la vie et la mort à Bergame au temps du Covid-19 sont apparues dès le début du mois d’avril dans les pages du New York Times. Elles en ont même fait la Une.

Ce photographe italien de 40 ans avait déjà remporté la médaille d’or du Prix Robert Capa en 2013 pour un reportage à Alep, en Syrie. Il a couvert depuis 10 ans de nombreux terrains de conflits à travers le monde.

Mais c’est pour un reportage réalisé chez lui, en Italie, qu’il se voit donc primé. Fabio Bucciarelli était aux premières loges quand son pays a été le premier touché par la pandémie en Europe. Il a travaillé en immersion, au sein d’une équipe de la Croix-Rouge, vêtu de la même combinaison à capuche que les infirmiers et médecins.

« Je voulais entrer dans l’intimité des malades », explique le photographe. Il souhaitait capturer « le virus de la solitude », raconte-t-il avant d’ajouter : « C’est la pire facette de la maladie. »

A été également récompensé, l’Américain Bryan Denton, vainqueur du Visa d’or Magazine. Durant six mois, il a saisi en Inde la perturbation du cycle de l’eau par le réchauffement climatique, entre sécheresses et inondations. Un reportage également publié dans le New York.

Dans la même catégorie