AIP Législatives 2021 : la CEI appelle les candidats à un scrutin apaisé dans le N’zi AIP Le conseil régional dote l’hôpital général d’Agnibilékrou de matériel biomédical AIP Les populations exhortées à construire des logements décents AIP Législatives 2021: Le préfet de Bocanda invite les candidats à la culture de la fraternité et de la la paix pour des élections sans heurts AIP Le foncier, l’orpaillage et l’adduction d’eau potable, des préoccupations exposées au préfet de Bouaflé AIP Le nouveau préfet de Bouaflé confie sa mission aux chefs traditionnels Yowlè AIP Législatives 2021 : Des affiches des candidats déchirées à Bocanda AIP Législatives 2021: Les populations de Yocoboué appelées à voter massivement pour la liste PDCI-EDS AIP Vente groupée de noix de cajou à Abigui à 315 FCFA/Kg MAP Bulletin quotidien de l’écologie en Afrique

Côte d’Ivoire-AIP/Journée internationale de la langue maternelle : l’AILM tire la sonnette d’alarme sur leur délaissement


  20 Février      25        Education (4444), Société (29430),

   

Abidjan, 20 fév 2021(AIP)-L’Académie ivoirienne des langues maternelles (AILM), a interpellé, samedi 20 février 2021 à Abidjan, sur les graves conséquences du délaissement de nos langues dans l’éducation et la vie sociale, lors d’une déclaration en prélude de la journée internationale de la langue maternelle, célébrée tous les 21 février par l’UNESCO.

La célébration de la journée internationale de la langue maternelle édition 2021 dont le thème est, « promouvoir le multilinguisme et l’inclusion dans l’éducation et la société », a été l’occasion pour le président de l’AILM, Adoua Kouassi, de tirer la sonnette d’alarme et suggérer des mesures urgentes et efficaces face à l’épineuse question de nos langues.

Pour M. Adoua, citant un défenseur de langues maternelles, « la perdition et la dépravation commencent par la perte de sa langue ». C’est pourquoi, il soutient fermement qu’il faut enseigner nos langues maternelles à nos enfants, « pour qu’ils aient une bonne éducation ».

Selon donc l’Académie ivoirienne des langues maternelles, l’absence de nos langues dans l’éducation et la vie sociale plombe gravement les efforts des gouvernants en matière de cohésion « car les différents peuples sont ignorants d’eux-mêmes et étrangers les uns envers les autres ».

Aussi, demande-t-elle au gouvernement, de réactiver le projet école intégrée pour prendre en compte l’enseignement de nos langues de la maternelle à l’université, créer un haut commissariat chargé de l’enseignement des langues maternelles pour la culture et la cohésion sociale.

Également, imposer à tous les conseils régionaux et toutes le communes de Côte d’Ivoire, la création de lignes budgétaires spécialement destinées à l’alphabétisation en langue locale et en français comme c’est le cas dans certains pays dans la sous région, mais aussi, introduire les langues maternelles dans les concours de la Fonction publique notamment à l’Ecole nationale d’administration (ENA) avec bonus de points aux candidats qui excelleront dans ces matières aux choix.

L’AILM, pionnière de la célébration de la journée internationale de la langue maternelle en Côte d’Ivoire, a célébré officiellement pour la première fois cette journée, le 21 février 2011.

Cette journée est instituée par l’UNESCO, en commémoration à la mort de quatre étudiants du Bangladesh qui ont perdu la vie en 1952, revendiquant la prise en compte de leur langue maternelle, le Bengali, comme langue officielle.

Dans la même catégorie