ANP Assemblée nationale : Une délégation du groupe d’Amitié parlementaire Türkiye- Niger reçue par le 1er vice-président de l’institution ANP Niger : Ouverture à Niamey d’un Forum National sur l’organisation du Hadjj et de la Oumra APS Le Collectif des associations islamiques appelle à ‘’l’esprit de dépassement ‘’ MAP Kenya: l’expérience marocaine dans la lutte contre le crime organisé mise en avant devant l’Association des procureurs africains AIP Les jeunes du Hambol magnifient Alassane Ouattara AIP Le Vice-président Tiémoko Meyliet inaugure la nouvelle agence COOPEC de Tafiré AIP Des élèves et leurs enseignants célébrés au Collège Diéty Félix de Danané Inforpress Portugal: IPB comemora 40 anos com atribuição de Medalha de Mérito Internacional aos municípios de Cabo Verde AIP Le maire de Bangolo appelle à l’union des cadres RHDP du Guémon autour des idéaux du président Ouattara Inforpress Porto Novo/Capital Cabo-verdiana da Juventude: Nações Unidas enaltecem esta “excelente iniciativa”

Côte d’Ivoire-AIP/La FAO inquiète de la forte hausse des prix du blé et du riz en Afrique de l’Ouest et du Sahel


  4 Décembre      26        Agriculture (3483), Alimentation (184), Economie (17157),

   

Abidjan, 04 déc 2022 (AIP)-Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Sénégal et coordonnateur sous régional pour l’Afrique de l’Ouest, Dr Robert Guëi a exprimé son inquiétude face à la hausse à plus de 50% des prix du blé et du riz dans la région Afrique de l’Ouest et du Sahel.

Dr Guéi a relevé que les hausses importantes des prix de plus de 50 % par rapport à la moyenne sont observées au Burkina Faso, au Mali, au Ghana, en Sierra Leone, au Libéria et au Nigeria.

«Les prix des céréales d’autres produits alimentaires tels que le blé et le riz restent élevés au niveau de la région de l’Afrique de l’’Ouest et du Sahel », a relevé l’expert ivoirien de l’agence onusienne précisant qu’au niveau mondial, une tendance baissière des prix des denrées alimentaires pour le sixième mois consécutif est constatée.

De même, les prix des fertilisants sont en hausse en raison des difficultés d‘approvisionnement liées à la perturbation des chaînes d‘approvisionnement du fait du conflit russo-ukrainien et de l’effet négatif de la hausse du coût du transport local consécutive à celle des hydrocarbures dans tous les pays de la région.

Robert Guëi a prévenu que cela pourrait jouer négativement sur la production de 2022-2023 et engendrer ainsi la pénurie alimentaire sur les marchés car certains produits agricoles sont dépendants de types d’engrais spécifiques.

Par exemple au Ghana, selon le programme PFJ (Planting for Food and Jobs), les cultures céréalières dépendent fortement de l’engrais Azote, Phosphore et Potassium (NPK), tandis que le cacao utilise principalement le NPK 0-23-19.

Les prévisions concernant les échanges mondiaux de blé indiquent une baisse de 1,9 % en 2022-2023 (juin-juillet) par rapport au niveau enregistré en 2021-2022 et un léger tassement des échanges internationaux de riz en 2023 (janvier-décembre), qui devraient descendre à 53,0 millions de tonnes, soit une baisse de 1,4 % par rapport au niveau estimé pour 2022.

De par son mandat, la FAO à travers des investissements et des conseils aux gouvernements et aux producteurs promeut la transformation des systèmes agroalimentaires actuels afin de les rendre plus résilients et plus aptes à fournir des aliments nutritifs à moindre coût et une alimentation saine, abordable, et ce de façon durable et inclusive.

Dans la même catégorie