APS L’AGENDA VERT AU CŒUR DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET L’UE (AMBASSADRICE) APS MACKY SALL DEMANDE UN RAPPORT NATIONAL SUR LA SITUATION DES MARCHÉS APS NGAPAROU : INAUGURATION D’UNE ZONE ÉCOLOGIQUE COMMUNAUTAIRE ABP « Chacun des béninois peut être riche de son travail et non de l’argent de nous tous » dixit Patrice Talon ABP La ville de Grand-Popo fait sa toilette pour recevoir le chef de l’Etat ABP L’initiative « Bénin commune connect » au cœur d’une séance d’échange à Avrankou ABP Patrice Talon pour une élection présidentielle ouverte à tous ABP L’UNHCR et le CNR appuient le Ceg Vèdoko en matériel anti-Covid AIP Les nouveaux élèves de sixième du Collège Nanan Boa Kouassi III officiellement intégrés AIP Cote d’Ivoire-AIP/12 nouveaux cas de Covid-19 et 10 guéris

Côte d’Ivoire-AIP/Les services administratifs au travail dans le département de Sikensi (Préfet)


  7 Novembre      11        Société (25218),

   

Abidjan, 07 nov 2020 (AIP)-Le préfet de Sikensi, Anima Aka, a rassuré vendredi 6 novembre 2020 que tous les services de l’administration publique de son département sont ouverts et les agents leurs différents postes, après les violences du jours scrutin présidentiel le 31 octobre 2020.

« Nous sommes en place au bureau. Chacun est à son poste dans l’administration à Sikensi. Nous travaillons pour la République », a affirmé le préfet dans un entretien avec l’AIP.

Revenant sur les cas de destruction de biens publics et privés, du saccage et incendie du siège local de la Commission électorale indépendante (CEI) et de la résidence du député de Sikensi-Gomon, le préfet Anima Aka a déploré ces dégâts relevant du « vandalisme » signalés ici et là dans plusieurs localités du pays.

Il a également regretté les incidents de Gomon où un mort a été constaté. Face à ce climat morose, le préfet de Sikensi a promis de continuer la sensibilisation des forces vives entamée avant les élections pour restaurer la paix dans la circonscription.

Une réunion est prévue à cet effet le 10 novembre 2020 à la mairie de Sikensi avec les chefs des villages, les représentants des différentes communautés ethniques, les guides religieux, les associations de jeunes et de femmes, pour faire comprendre aux populations qu’on peut faire la politique autrement sans détruire le pays.

Dans la même catégorie