ANP Réunion du Conseil National de Sécurité (CNS) sous la présidence du chef de l’Etat ANP Le Chef de l’Etat reçoit l’Ambassadeur de Chine au Niger AIP Une cadre de Zouan-Hounien appelle à l’apaisement dans le Tonkpi AIP La municipalité de Grand-Lahou veut associer les populations à la mise en œuvre de ses projets AIP Un responsable des Nations Unies plaide en faveur d’une stratégie pour stopper la violence au Mali NAN President Buhari will consolidate achievements on security, corruption, others says SGF NAN LASPARK commences crackdown on companies for violating tree planting rules NAN NDLEA arrests 186 suspects, seizes 61.24kg of illicit drugs in Jigawa INFORPRESS São Vicente: Festa São João com participação de milhares de pessoas mas “sem qualquer incidente” – Comandante PN INFORPRESS Praia: Tribunal aplica Termo de Identidade e Residência a indivíduo detido com droga e arma “perigosa”

Côte d’Ivoire / Des reçus exigés pour toute transaction liée à la commercialisation de la noix de cajou à Tafiré


  20 Avril      30        Economie (24021),

   

Niakara, 20 avr (AIP) – Le représentant régional du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) dans le Hambol, Atchoumounan Koné a instruit, vendredi, les producteurs et acheteurs de Tafiré, d’exiger des reçus lors des diverses transactions afin optimiser la lutte contre le non respect des prix de noix de cajou fixés par le Gouvernement ivoirien, en cette campagne 2019.

Des producteurs d’anacarde de la zone de Tafiré, dont Sié Coulibaly ,un planteur à N’golodougou, ont accusé les acheteurs locaux, de déprécier leurs noix de cajou lors des ventes avec des prix oscillant entre 100 et 200 F CFA/ Kg contre 375 (bord champ) et 400 F CFA/Kg (magasin), les prix officiels fixés pour la campagne 2019.

En retour, les acheteurs, acteurs mis en cause, avancent, entre autres, que les exportateurs ne payent pas leurs chargements conformément aux modalités financières éditées par le gouvernement. Des allégations réfutées par le représentant régional du CCA dans le Hambol, Atchoumounan Koné, faute de preuves.

« Personne , ni les producteurs encore moins les acheteurs , n’a jusque-là apporté un reçu au CCA , pour prouver matériellement une transaction présumée frauduleuse et ce , à l’effet de se faire rembourser le reliquat y afférent « , a martelé M. Koné, évoquant des rumeurs et une  » complicité des acteurs  » du fait de l’absence de reçus pour attester cette fraude ».

Il s’exprimait lors de la rencontre d’informations et d’échanges tenue à l’Hôtel de ville . De nombreux producteurs , et quelques acheteurs , venus des sous-préfectures de Niédiékaha ,de Badikaha et de Tafiré, ont pris d’assaut la salle de délibération  » Hamed Bakayoko  » de l’Hôtel de ville à l’effet d’échanger avec le CCA du Hambol (Katiola). Ils ont exposé leurs inquiétudes quant face aux problèmes qui minent la campagne cajou 2019.

Dans la même catégorie