GNA « Super Body 2018 » launched By: Simon Asare GNA Sports Minister inaugurates a 10-member National Youth Policy Committee AIB Visite de Le Drian et sécurité, au menu de la presse en ligne burkinabè AIB Le journaliste a obligation de fournir des informations vérifiables (ministre Rémis Dandjinou) AIB Procès putsch manqué: Herman Yaméogo estime qu’il y a erreur sur sa personne MAP UA: Le kenyan Raila Odinga nommé Haut Représentant pour le développement des infrastructures en Afrique (communiqué) MAP Enlevé il y a une semaine, le milliardaire Dewji rentre « sain et sauf à la maison » AIP Le commissariat de police de Sikensi confronté à un problème de mobilité AIP Les cours d’anglais dispensés par des vacataires depuis 2014 au collège de Bouna AIP La mairie de Tafiré va dégager un fonds de 20 millions F CFA pour l’autonomisation de la femme

Côte d’Ivoire-Inter / COP 23 : les pays en développement mettent la pression sur la négociation climat


   

Abidjan, 10 nov (AIP) – Les pays en voie de développement ont demandé aux pays développés, le respect de leurs engagements climatiques, au cours de la première semaine de Conférence climat à Bonn en Allemagne.

Selon l’AFP, les négociations au sein de la COP23 de l’ONU se poursuivent jusqu’à mercredi au niveau des délégués des 197 Etats, qui céderont ensuite la place aux responsables politiques, en présence de l’Allemande Angela Merkel, du Français Emmanuel Macron, de chefs d’Etats africains.

Deux ans après l’adoption de l’accord de Paris, les pays commencent juste à définir les règles de son application. Un processus technique censé aboutir fin 2018 à la COP24.

Mais d’ores et déjà, au terme d’une année secouée par des cataclysmes météorologiques, les pays en développement sont venus à Bonn avec un message pour les pays riches, accusés de manquer à leurs promesses.

« Tout ce que nous demandons est la concrétisation en actions de cette urgence, et ce (avant) 2020 », a indiqué Walter Schuldt, président équatorien du groupe des G77 (134 pays en développement).

« La technologie existe, le capital existe, l’urgence existe. Ce qui manque, c’est la volonté politique des pays développés très émetteurs », a critiqué le négociateur du Nicaragua Paul Oquist.

Démarrée le 6 novembre, la COP 23, s’achève le 20 novembre, après 15 jours de discussion.

kam

Dans la même catégorie