AIP Côte d’Ivoire/ L’amnistie est une « opportunité à ne pas galvauder » (Porte-Parole du gouvernement) ATOP Rencontre nationale de l’academie politique des femmes leaders et remise de certificats aux academiciennes du cycle 2018 ATOP Les trois meilleurs projets beneficient chacun d’une subvention de 1.500.000 fcfa ATOP LE GTFJPS-OAS en réunion pour renforcer la synergie d’actions inter-Etats AIP Côte d’Ivoire / Le village de Blahou (San Pedro) désormais électrifié AIP Côte d’Ivoire / 306,8 milliards de FCFA approuvés par la BOAD au premier trimestre 2018 AIP Côte d’Ivoire / La question de l’énergie solaire au centre des 45 ans de la BOAD GNA Parents should encourage children to pursue higher education – chief GNA Churches urged to complement government’s efforts in skills training GNA UNFPA holds sexual education for youth of James Town

Côte d’Ivoire/ Inter/ Quatre ans de prison pour des accusés de trafic de « faux médicaments » au Bénin


  13 Mars      36        Non classé (609),

   

Abidjan, 13 mars (AIP)- Cinq dirigeants de sociétés pharmaceutiques au Bénin, accusés de trafic de «faux médicaments», ont été condamnés mardi, par la justice, à quatre ans de prison ferme pour chacun, assortis d’une amende de 10 millions  de francs CFA.

Les délits retenus par les trois juges sont entre autres, vente de médicaments falsifiés, exposition, détention en vue de vente, mise en vente ou vente de substances médicamenteuses falsifiées. La justice ordonne également la destruction des stocks saisis et un versement de façon solidaire à l’Etat béninois des dommages évalués à 100 millions FCFA.

Le directeur du service des Pharmacies, des médicaments et des explorations diagnostic (DPMED), sous tutelle du ministère de la Santé, qui était aussi poursuivi pour ne pas avoir « empêché la commission de ces infractions », a été remis en liberté.

Les condamnés purgeront leur peine à la prison civile de Cotonou. Les avocats, réservés après ce jugement, ont annoncé qu’ils feront appel.

Le Bénin a la réputation, avec son grand voisin nigérian, d’être la plaque tournante du commerce illicite des médicaments en Afrique de l’Ouest, les faux médicaments circulant notamment à travers le port de Cotonou. Ce fléau tue près de 100.000 personnes chaque année en Afrique sub-saharienne, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

tls/fmo

Dans la même catégorie