MAP SM le Roi préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, une nouvelle illustration de l’excellence du « Made in Morocco » INFORPRESS INSP garante que a mortalidade infantil no período neonatal não é alarmante mas sim um desafio – INSP INFORPRESS Jorge Santos considera que o Tribunal de Justiça da CEDEAO é um instrumento privilegiado para proteger os cidadãos INFORPRESS Ministro do Turismo defende trabalho articulado entre Governo e privados para que cruzeiristas gastem mais no país ANP Mécanisme d’évacuation d’urgence des réfugiés : plus de 1300 évacués de la Libye au Niger réinstallés (HCR) AIB Les archivistes, les documentalistes et les bibliothécaires dénoncent les difficiles conditions de travail AIB Le président du Faso Roch Kaboré « ne semble pas comprendre que la réconciliation nationale est la seule voie de salut pour le Burkina Faso » (Yacouba Isaac) AIB Burkina : Le président Kaboré reçoit un rapport sur la libre circulation des personnes et des biens ACI CONGO: NÉCESSITE POUR LES ETATS D’HARMONISER LES POLITIQUES POUR FAIRE RÉGNER LA SÉCURITÉ ACI CONGO: CÉLÉBRATION DU 25EME ANNIVERSAIRE DU PARTENARIAT POUR LA CONSERVATION DU PARC NOUABALE-NDOKI

Côte d’Ivoire/ La BAD appelée à mettre la pression sur les Gouvernements pour investir dans la nutrition et la petite enfance


  17 Novembre      34        Coopération (5095), Finance (3780), Société (49939),

   

Abidjan, 17 nov (AIP) – L’ancienne épouse de Nelson Mandela, Mme Graça Machel, engagée dans le combat contre la malnutrition et la scolarisation de la jeune fille, demande à la Banque africaine de développement (BAD) de faire pression sur les Gouvernements africains afin qu’ils investissement dans la nutrition et la petite enfance.

Invité, vendredi, de la série de conférences « Eminent Speakers » de la Banque africaine de développement, conduites par l’institut africain de développement, Mme Graça Machel se prononçait sur le thème « Eduquer la jeune fille, autonomiser les femmes et renforcer l’Entreprenariat Féminin en Afrique ».

Pour elle, l’Afrique doit faire face à trois défis. Le premier, investir dans le capital humain en commençant par la base notamment la nutrition. Mme Graça Machel estime qu’un enfant malnutri présente un retard de croissance et aura du mal à atteindre tout son potentiel intellectuel.

« Une société avec des enfants avec un retard de croissance produit une société au développement en retard », a-t-elle affirmé, assurant que ces enfants qui sont les élites de demain vont grandir avec des « cerveaux mal développés ».

Pour le second défi, elle invite les Etats africains à lutter contre la pauvreté par la prise en compte de la jeune fille adolescente. « Investir dans l’éducation des filles n’est pas une option, c’est une obligation, une obligation nationale », a insisté Mme Graça Machel pour qui, il faut investir dans les enfants pour inverser le cycle de pauvreté.

« Plus, on investit dans l’éducation, plus on dégage des moyens pour la santé », a-t-elle ajouté.

S’agissant du troisième défi, elle invite les Etats à sortir les femmes du secteur informel. « On ne peut pas avoir de la croissance économique si on ne prend pas en compte toutes les femmes », a lancé Mme Graça, indiquant l’homme et la femme constituent ensemble, un acteur de développement.

kkf/fmo

Dans la même catégorie