LINA Judiciary Denies Newspaper Report On Weah’s Salary Cut LINA Grand Bassa ‘Highest’ Revenue Contributor in FY 2nd Q, says LRA LINA Education Minister, Two Deputies Confirmed by Senate APS La 3e édition de la NBA Africa game à Johannesburg en hommage à Mandela MAP Côte d’Ivoire : Deux morts dans des heurts entre gendarmes et civils dans l’ouest du pays (ministère) LINA PUL Condemns Growing Hostilities Against Media At Legislature LINA Sen. Wesseh Vows To Remain ‘Strong Advocate’ for Youths LINA Pres. Weah Sets Up 9-Man C’ttee To Review Concession Agreements APS Trois mille Asp ont trouvé des « emplois durables » (DG) APS Le président de la Fifa dit être fan de Youssou Ndour

Côte d’Ivoire/ La croissance du pays de plus en plus portée par le secteur public (Banque mondiale)


  9 Février      31        Economie (16710),

   

Abidjan, 09 fév  2018 (AIP )- Le 6ème rapport de la Banque mondiale sur la situation économique en Côte d’Ivoire  intitulé « Aux portes du paradis » ou  »Comment la Côte d’Ivoire peut rattraper son retard technologique », publié jeudi à Abidjan relève que la croissance du pays est de plus en plus portée par le secteur public alors que la contribution du secteur privé s’affaiblit.

«Depuis la sortie de crise en 2012, la contribution du secteur privé à la croissance ivoirienne a diminué. En revanche, la contribution extérieure et celle du secteur public ont augmenté, traduisant une conjoncture internationale favorable et la politique budgétaire procyclique du Gouvernement », indique le rapport.

Il indique que les autorités ivoiriennes ont poursuivi un programme ambitieux d’investissements publics, visant à réduire des retards en infrastructures et en services sociaux, qui s’étaient creusés pendant plus d’une décennie de crises politiques. Le déficit budgétaire et la dette publique ont tous deux augmenté.

Selon le rapport, la situation budgétaire du Gouvernement s’est détériorée en 2017. Le déficit budgétaire est passé de 2,9 % du PIB en 2015, à 4 % en 2016 puis 4,5 % en 2017. La détérioration de la situation budgétaire s’explique par la stagnation des recettes intérieures (autour de 19,5% du PIB), alors que les dépenses publiques ont augmenté plus rapidement (+0,6 % du PIB) en raison de dépenses sécuritaires et sociales imprévues.

La Banque mondiale encourage les investissements privés, encore relativement peu élevé. Le taux d’investissement privé a bondi entre 2011 et 2017, passant de 5,7 % à 12,0 % du PIB entre 2011 et 2012 pour se stabiliser autour de 11 % du PIB entre 2013 et 2017.

Pour la banque, la Côte d’Ivoire n’a également pas encore réussi à attirer un afflux significatif d’investissements directs étrangers, qui comptent pour uniquement 1,5-2% du PIB, loin des taux observés en Éthiopie ou au Mozambique. Or, le développement du secteur privé est déterminant pour que la Côte d’Ivoire puisse maintenir son rythme de croissance rapide et redistribuer plus équitablement les fruits de la croissance économique à l’ensemble de la population.

Le rapport fournit une analyse comparative réalisée auprès d’un échantillon d’une vingtaine de pays de la sous-région et de pays qui pourraient servir de modèles à l’État pour améliorer l’efficience de ses dépenses d’éducation et de santé (qui comptent pour près de 1/3 du budget).

Cette analyse montre que malgré les dépenses importantes de l’État en faveur de l’éducation, les résultats demeurent décevants en termes d’inscription à l’école primaire. À titre de comparaison, le Bénin dépense proportionnellement moins que la Côte d’Ivoire alors que le taux d’élèves inscrits au primaire y est supérieur.

(AIP)

bsp/fmo

Dans la même catégorie