ANP Le Comité animations culturelles et loisirs offre un concert de remerciement GNA Ghana reports on progress of implementation of SDGs at 2019 HLPF GNA Minority Leader submits nomination forms for fifth term GNA Don’t sacrifice others in the name of media freedom, NMC urges journalists GNA NPP National Chairman hosts leadership of NPP Loyal Ladies GNA Final framework on Safe and Responsible Journalism to be ready in November ACP Les membres du FCC appelés au respect de la vision de leur autorité morale ACP L’installation des membres du bureau définitif du Sénat fixé au samedi 27 juillet ACP Un envoyé spécial du Président Félix Tshisekedi à Washington ANP Dosso : Lancement de la caravane nationale de présentation des lauréats en journalisme

Côte d’Ivoire: La finance islamique une « heureuse opportunité » de développement pour le secteur privé en Afrique (Nialé Kaba)


Abidjan, 17 oct (AIP) – La ministre ivoirienne du Plan et du Développement, Nialé Kaba, appelle les instances de régulation des marchés monétaires et financiers de l’espace UEMOA à créer les conditions propices au développement de la finance islamique, y entrevoyant une « heureuse opportunité » de développement pour le secteur privé en Afrique.
L’officiel ivoirien s’exprimait à l’ouverture, lundi, à Abidjan, de la deuxième édition du Forum Africain sur la Finance Islamique (FAFI 2016), une initiative du groupe de la Banque islamique de développement (BID) rassemblant des décideurs, partenaires au développement, investisseurs et secteur privé national pour réfléchir sur les voies et moyens pour accroître la pénétration de ce mode de financement dans les économies africaines.
Tout en se félicitant de la présence de plus en plus du monde de la finance islamique aux côtés des Etats africains dans la quête d’un développement, elle déplorait le fait que cet appui soit aujourd’hui prioritairement orienté vers le secteur public alors même que des opportunités de financement du secteur privé sont nombreuses.
C’est ainsi que le FAFI 2016 pour Nialé kaba est « une heureuse opportunité pour le continent africain en général et la sous région en particulier de se donner les moyens d’utiliser la finance islamique comme un instrument nouveau, complémentaire de financement du secteur privé notamment des PME et PMI ».
Aussi a-t-elle engagé le secteur privé national à une participation forte et active à ce forum tout en formulant également le souhait de voir les banques et les institutions financières de son pays s’imprégner des instruments et techniques adaptés à ce type de financement « afin de nous permettre d’en capter toute les opportunités ».
Secteur méconnu de la finance mondiale il y a encore quelque temps, la finance islamique connaît une forte progression depuis plusieurs années et représente, en 2013, près de 1800 milliards de dollars d’actifs bancaires et financiers, selon l’article « économie française, pays émergents et fonds souverains : les enjeux d’une nouvelle donne financière » publié, en 2014, par la Documentation française.
Le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la Charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, de l’incertitude, de la spéculation, l’interdiction d’investir dans des secteurs considérés comme illicites (alcool, tabac, paris sur les jeux, etc.), ainsi que le respect du principe de partage des pertes et des profits.
Les Etats de l’Union économique et monétaire Ouest africain (UEMOA) y recours de plus en plus notamment pour le financement de leurs projets de développement. La Côte d’Ivoire et le Togo ont récemment lancé des opérations en vue mobiliser chacun 150 milliards F CFA d’obligations islamiques.
En ce qui concerne spécifiquement la Côte d’Ivoire, la coopération avec le groupe de la Banque islamique de développement s’est intensifiée pour atteindre aujourd’hui « un montant cumulé de 2,2 milliards dollars ». Lors du groupe consultatif organisé dernièrement par le pays, le groupe s’est engagé à hauteur 1,8 milliards F CFA pour le financement de son plan national de développement (PND) 2016-2020.
(AIP)
kg/kam

Dans la même catégorie