ANP Lancement du groupe PTF sur le développement de la Statistique au Niger ANGOP L’Angola à la 40e session de la Conférence générale de l’UNESCO INFORPRESS Porto Novo/Zona Sul: O Governo deve socorrer os criadores antes que seja tarde – representante INFORPRESS Carnaval 2020: Vindos d’África leva o enredo “Géneses” para Avenida Cidade de Lisboa INFORPRESS Brava: Associação satisfeita com participação dos bravenses em campanha de rastreio e marcha INFORPRESS Porto Novo: Bombeiros voluntários exortam Governo a avançar com lei sobre os bombeiros aguardada há três anos INFORPRESS São Nicolau: Amostras de futuras peças artesanais ‘made in São Nicolau’ apresentados na feira de artesanato MAP Le Maroc, un partenaire clé en matière de développement en Afrique (quotidien ghanéen) MAP Ouverture à Dakar du Forum International sur la Paix et la Sécurité en Afrique, avec la participation du Maroc ANP Lancement officiel du Festival international des arts et de la scène à Niamey

Côte d’Ivoire: La jeunesse Koulango très imprégnée de sa tradition


  4 Novembre      42        Arts & Cultures (730),

   

Abidjan, 04 nov (AIP) – Les jeunes Koulango du Bounkani accordent un intérêt très prononcé pour les valeurs culturelles, marqué par leur attachement aux us et coutumes qui se manifeste sous plusieurs formes.

Lors de l’organisation, à Bouna, des obsèques de sa majesté Djarakoroni II tenue en majeure partie par ces jeunes Koulango, ils ont arboré fièrement la tenue traditionnelle « Kogora » et fréquenté les anciens pour affiner leurs connaissances de l’histoire de leur peuple, et s’enquérir du contexte de la naissance d’une danse traditionnelle, du mode de succession royale, des alliances, du protocole en fonction des événements ou la conduite des rituels, a constaté l’AIP sur place.

Leur imprégnation de la hiérarchie sociale et des interdits a permis un certain nombre de jeunes comme Ouattara Kounga, 30 ans, de siéger en qualité de notable à la cour royale de Bouna.

Aujourd’hui, le « Bihibon », danse complexe des initiés en pays Koulango, est exécuté par bien de jeunes à la grande satisfaction des anciens. Le tambour parleur de Bouna, autrefois joué par un doyen, est aux mains d’un jeune qui l’exécute avec une maîtrise exceptionnelle.

Les femmes de la famille royale, contraintes d’aller en file indienne puiser de l’eau au marigot, pendant trois mois, étaient escortées par des jeunes en tenue guerrière contre vents et marées, conformément à la séculaire pratique de la tradition.

Ce sont encore les jeunes qui ont accompagné le nouveau roi aux lieux des obsèques de son prédécesseur pour son intronisation.

« Nous ne pouvons qu’être heureux de voir nos enfants accomplir, avec un tel zèle, les prescriptions traditionnelles Koulango. Malgré le modernisme, ils tiennent bon, car soucieux de préserver l’héritage que nous ont laissés nos parents », a confié avec fierté le porte-parole du roi du Bounkani, Ouattara Logossina, à l’AIP.

Les obsèques du 30è roi qui a tiré sa révérence le 28 juillet à l’âge de 75 ans en France se sont déroulées du 28 octobre au 02 novembre à Bouna, en présence du vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan.

Dans la même catégorie