GNA Fifty riotous Tumu SECTECH students in court GNA Religious leaders commit to intensify education on adolescent reproductive rights GNA New study finds no link between HIV infection and contraceptive methods MAP L’expertise de la FIFA sollicitée pour évaluer la situation actuelle au sein de la CAF (communiqué) MAP Les échanges commerciaux entre Dakar et Pékin en hausse de 3,7 pc en 2018 MAP Jeux Africains de Plage (beach-soccer/2è journée): le Maroc bat (7-2) la Guinée Equatoriale ABP Louis Vlavonou échange avec des délégations de l’AS-NAP Bénin et du HAR ABP Les ministres Attanasso et Kakpo ont lancé les épreuves du Bac 2019 au Ceg Akpro-Missérété GNA Des absents au baccalauréat à Savalou GNA Wa Municipal landfill site to be relocated after community agitation

Côte d’Ivoire / La nouvelle politique de préservation des forêts présentée aux coopératives agricoles d’Arrah


  20 Avril      19        Agriculture (2903),

   

Bongouanou, 20 avr (AIP) – Le cantonnement forestier d’Arrah a invité jeudi les responsables des coopératives agricoles du département d’Arrah à une séance d’échanges et de formation sur la nouvelle politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts (PPREF) et aussi sur la technique de l’agroforesterie.

Le chef du cantonnement d’Arrah, Soro Kazana a présenté à l’occasion les avantages de l’agroforesterie.

Il a souligné le fait que selon le nouveau code forestier l’État n’est plus le seul propriétaire de la forêt mais que le planteur en est également propriétaire.

Le chef de cantonnement a expliqué la méthode agroforestière selon le modèle de Mondelez (cacao culture) qui consiste notamment à mettre, sur un hectare de parcelle, des arbres forestiers sur le premier rang, les bois d’œuvre sur le deuxième rang, sur le troisième rang les bois de production fruitière et sur le quatrième rang les espèces médicinales.

« Tout cela est avantageux pour le planteur qui profite de son cacao, mais aussi du bois d’œuvre et du bois fruitier. L’agriculture étant la première destructrice de la forêt il faut qu’elle soit désormais l’amie de la forêt » a conclu M. Kazana.

Dans la même catégorie