ANG Caju/Presidente da CCIAS diz que cerca de 50 mil toneladas de castanha do ano passado ainda se encontram em armazéns ANG Política/Presidente do partido Luz defende necessidade dos recursos do Estado serem utilizados em benefício da população em geral ANG Imprensa/Jornalistas e técnicos da Rádio Capital FM assinalam com vigíla um ano de ataque à estação por homens armados MAP Des journalistes sportifs africains mettent en avant le développement de l’infrastructure du football au Maroc (média ghanéen) AGP Gabon : Une délégation du Fonds mondial contre le Sida reçue au ministère de la Santé ANP Inauguration d’une radio communautaire à Tibiri Gobir ANP Formation des défenseurs et commis d’office sur les mécanismes de plainte, des droits de l’homme susceptibles d’être violés et les voies de recours. ANP Fin de la rencontre annuelle des cadres du ministère de la Communication ANP Diffa : Atelier régional sur l’élaboration de la stratégie nationale des solutions durables pour les Personnes Déplacées AGP Gabon : Une double invitation pour Ali Bongo Ondimba en Azerbaïdjan

Côte d’Ivoire / La place de la femme dans la recherche scientifique en Afrique au centre d’un colloque à Abidjan


  9 Novembre      66        Science (487),

   

Abidjan, 09 nov (AIP) – Le programme d’appui stratégique à la recherche scientifique (PASRES) a consacré la journée de vendredi à un colloque sur le thème « Science, recherche et genre : quelle place pour la femme dans la recherche scientifique en Afrique », dans le cadre du forum annuel des organismes de financement de la recherche africains.

La directrice de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Acray-Zengbé Petronille, a ouvert les travaux en appelant les participantes à trouver des pistes de solutions pour assurer la parité du genre dans les domaines de la science et de la technologie parce que ni l’Afrique ni la Côte d’Ivoire ne peuvent relever le défi de leurs développements en laissant en marge les femmes qui constituent pourtant la moitié de la population mais ne représentent que 34% des scientifiques en Afrique et 16,5% en Côte d’Ivoire.

Elle a souhaité que le PASRES institue un programme quinquennal de promotion des jeunes chercheures  qui serviront de modèles en créant de l’émulation au sein des filles.

Cette activité du PASRES vise donc à la promotion de la femme dans tous les secteurs scientifiques et technologiques et à l’encouragement des jeunes filles à s’orienter dans ces filières parce que leurs compétences sont avérées mais elles restent sujettes à des pesanteurs sociologiques, économiques et psychologiques.

Pour le secrétaire exécutif du PASRES, Dr Sangaré Yaya, et la présidente du conseil scientifique du PASRES, Pr Adohi Viviane, les sciences, la technologie et l’innovation sont incontournables pour atteindre les objectifs de développement durable dans un contexte où la faible représentation des femmes dans le monde scientifique, universitaire et les instances de décision, préoccupe les gouvernements et les partenaires au développement.

A ce titre, les meilleures jeunes filles scientifiques seront distinguées par le PASRES qui encourage les candidatures féminines à chacun de ses appels à candidature et projets.

Le colloque était ouvert à des femmes de divers horizons linguistiques et culturels (comme le Mozambique, le Brésil, le Canada, les USA, le Royaume uni, l’Afrique du sud) pour un partage des expériences des unes et des autres.

La conférence inaugurale portant sur « les politiques et stratégies d’intégration de la femme dans les STI en Côte d’Ivoire » a été prononcée par Dr Binaté Namizata du ministère de la Promotion de la Femme. D’autres panels sur, entre autre, « les enjeux et défis d’une carrière universitaire féminine », « la contribution des femmes au progrès de la science », « le rôle catalyseur des conseils subventionnaires de la science », ont meublé les activités.

Dans la même catégorie