AGP Gabon : La LINAFP s’offre trois nouveaux partenaires stratégiques MAP Nigeria : 130 morts dans une attaque au nord-ouest (nouveau bilan) ANGOP Un écrivain angolais lance « Experimentais Poépicos » au Portugal ANGOP Angola/Uruguay : Signature de nouveaux accords APS LES INFRASTRUCTURES, PRINCIPALE ATTENTE DES SPORTIFS À KAOLACK APS THIÈS : LA PLACE DE FRANCE RESTE TOUJOURS CE HAUT-LIEU DE RENCONTRES POLITIQUES AIP Côte d’Ivoire/ Les leaders politiques ivoiriens exhortés à prêcher la paix AIP Vers la valorisation des résidus du cacao en biocarburant en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire/ La 6ème édition du Forum de l’emploi et de l’entrepreneuriat féminin se tient début mars à Abidjan Inforpress Futebol/Santiago Norte: “Primeira mão” das meias-finais da Taça Santiago Norte disputa-se esta quarta-feira

Côte d’Ivoire/ La SODEFOR sensibilise des planteurs d’anacarde de Niakara au reboisement à faible densité


Abidjan, 21 jan (AIP)- La Société de développement des forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR) a autorisé les producteurs de noix de cajou, infiltrés dans les forêts classées du département de Niakara, (Nord, région du Hambol) à ramasser leurs produits en procédant toutefois au reboisement à faible densité de leurs parcelles.

Lors d’une rencontre vendredi à la préfecture de Niakara, la société d’Etat en charge de la gestion des forêts en Côte d’Ivoire a en outre recommandé aux planteurs le respect strict des mesures en vigueur dans ces zones interdites d’exploitation.

Le directeur du centre de gestion de la SODEFOR de Bouaké, Amara Dosso, a rappelé aux planteurs d’anacarde déguerpis en mars 2015 des forêts classées, la nécessité de sauvegarder ce patrimoine forestier de l’État, insistant sur le fait que « la Côte d’Ivoire est un don de la forêt, car le succès de notre pays repose sur l’agriculture qui, elle-même, dépend de la forêt », a-t-il expliqué.

« L’État accepte exceptionnellement le ramassage de noix de cajou, issues de vieilles plantations. Toutefois, vous êtes tenus de procéder au planting de quelques bois sur ces espaces et de ne guère faire de nouvelles exploitations », a-t-il prévenu, invitant ces agriculteurs au respect scrupuleux des mesures de protection desdites forêts.

Cette rencontre entre les responsables de l’agence forestière, le corps préfectoral, la représentation départementale de l’Agriculture et les paysans fait suite à leur plaidoyer pour une autorisation à ramasser les noix de cajou sur leurs parcelles, estimées à 1128,25 ha dans les forêts classées du département de Niakara, souligne-t-on.

Jbm/kp

Dans la même catégorie