APS LES ACTEURS POLITIQUES DANS L’OBLIGATION DE DISCUTER DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES (DIOUF SARR) APS LA COMMUNE DE SANDIARA, UN BON ÉLÈVE DE « MARKETING TERRITORIAL », SELON OUMAR GUÈYE APS PACASEN : UNE ALLOCATION DE 149 MILLIONS CFA PRÉVUES POUR LES SIX COMMUNES BÉNÉFICIAIRES DE FATICK AGP Assassinat-Rouen/ Le Président Alpha Condé adresse ses condoléances à la famille Barry et au Peuple de Guinée suite à l’assassinat du docteur Mamoudou Barry AGP Kaloum-Inondations : Des sociétés sur l’occupation des canaux d’évacuation des eaux AGP Labé-Société : Des élus et agents de sante apprennent l’enregistrement des naissances APS EROSION CÔTIÈRE ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES : L’UE OFFRE 3,280 MILLIARDS DE FRANCS CFA AU SÉNÉGAL APS ACTE 3, PHASE 2 : LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES DE THIÈS FORMULENT LEURS ATTENTES APS LUTTE CONTRE LE TERRORISME : CHEIKH TIDIANE GADIO PRÔNE L’ÉLARGISSEMENT DU G5 SAHEL AGP Guinée/société : Bilan de La fondation SOVEE en faveur des femmes des et enfants démunis

Côte d’Ivoire : Le Conseil National de Sécurité (CNS) rassure les investisseurs sur la sécurisation « optimale » des prochaines élections


  10 Juillet      42        Entreprises (1271), Politique (23780), Securité (5200),

   

RABAT, 10 Juil. 2015 (MAP)- Le Conseil National de Sécurité (CNS) de Côte d’Ivoire a donné jeudi à Abidjan, des garanties aux investisseurs ivoiriens et étrangers concernant la sécurisation « optimale » de la Présidentielle prévue en octobre prochain.

« Les élections vont bien se passer. Il n’ y a pas de raison d’avoir peur. Ceux qui ne veulent pas que les élections se passent bien, nous verrons sur leur chemin », a indiqué le secrétaire général du CNS, M. Alain Donwahi qui prenait part à un colloque sur le thème « Sécurité des investissements privés : problématique en période électorale ».
Et M. Donwahi de rappeler que de nombreuses réformes ont été adoptées non seulement pour baisser l’indice de sécurité, mais aussi pour améliorer le dialogue social, le désarmement, la démobilisation et lutter efficacement contre la criminalité.
« Il faut faire confiance à la volonté des autorités du pays. Les choses vont progressivement mieux. Maintenant il faut maintenir le cap, la stabilité est aujourd’hui retrouvée », a-t-il dit, faisant savoir que ce sont quelque 108 réformes établies et 34 mesures urgentes avec des délais à court, moyen et long termes, qui sont en cours de mise en application par l’Etat.
Tout en recommandant pour des élections apaisées, une sensibilisation de la population et surtout l’implication des médias, comme des acteurs de paix et de réconciliation. M. Donwahi n’a pas manqué de mettre en avant les efforts fournis par l’Etat ces dernières années, ce qui a permis à la Côte d’Ivoire de devenir le pays phare dans la sous-région.
De son côté, le vice- président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), co- initiatrice de ce rendez-vous, Kongo Kouassi, a fait savoir qu’au cours de la crise postélectorale, ce sont quelque 238 entreprises et trois groupements professionnels qui ont subi des pertes que l’on chiffre à 568 milliards de FCFA, dont 200 milliards de FCFA de dommages, qui n’ont pas fait l’objet d’indemnisation (1 euro est l’équivalent de 656 FCFA).
On note également plusieurs pertes d’emploi. Le secteur privé recommande pour une sécurisation de ses investissements, plusieurs actions, entre autres, la sécurisation des sites de production, des mesures préventives pour rassurer les opérateurs économiques, ainsi que la mise en place de mécanismes pour appuyer les entreprises affectées par la crise, a-t-il suggéré.
D’autres intervenants ont axé leurs exposés sur l’amélioration du climat des affaires en Côte d’Ivoire à la lumière des résultats du ‘’Doing Business’’, du nombre important d’investisseurs qui ont opté pour la Côte d’Ivoire pour monter leur projets, et du développement d’un secteur financier et d’un secteur privé dynamique et compétitif.
Après plus d’une décennie de crises, l’économie ivoirienne est en passe de réussir son décollage économique avec la mise en place de la nouvelle stratégie économique définie dans le Plan National de Développement (PND) 2012?2015, dont l’objectif est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, précise-t-on.
Cette ambition passe par la mise en œuvre d’un programme d’investissement autour de puissants moteurs de croissance capables d’impulser une dynamique de croissance forte, soutenue, solidaire, créatrice d’emplois et respectueuse de l’environnement.
Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement ivoirien a fait de l’investissement un levier de la relance économique. Ainsi, l’investissement public passerait de 2,8 pc du PIB en 2011, à 9,7 pc en 2015 et l’investissement privé passerait de 5,4 pc du PIB en 2011 à 13,7 pc en 2015, selon la CGECI.
Des mesures sont mises en place pour créer non seulement l’un des meilleurs climats des affaires en Afrique mais aussi pour promouvoir des partenariats public- privé, ajoute-t-on de même source.
Les principales actions entreprises concernent les domaines relatifs à l’assainissement du cadre macroéconomique et des finances publiques, au renforcement de la gouvernance et à l’amélioration du climat des affaires à travers un environnement sécuritaire rassurant.

LS—BI.
HA.

Dans la même catégorie