FAAPA : Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines
APS Repli de 4, 4 % des importations en juin (ANSD) MAP Mali/Présidentielle: aucune « fraude » constatée par les observateurs de l’UE au second tour MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Le mandat des élus régionaux et municipaux nigériens prorogé de six mois MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique GNA George Amoako leads new management team of Kotoko MAp Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) AGP Ali Bongo Ondimba attendu ce mardi en Angola MAP Augmentations prévues à partir de septembre sur les tarifs du transport public au Kenya MAP Soudan du Sud: 23 morts dans de nouveaux affrontements tribaux

Côte d’Ivoire/ Les contrats de transhumance» entre la SODEFOR et les éleveurs de Niakaramadougou suspendus


Abidjan, 16 jan (AIP)- Les contrats de transhumance signés entre la Société des forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR) et les opérateurs de la filière bétail de Niakaramadougou, autorisant la présence de bœufs dans les forêts classées du département, ont été suspendus en vue d’un recensement des éleveurs, a appris l’AIP auprès des responsables de la SODEFOR.

Selon ces responsables, il s’agit d’une simple suspension de renouvellement de contrats devant conduire incessamment au recensement des éleveurs occupant ces aires protégées et non de l’annulation de ces contacts telle qu’évoquée par les éleveurs.

Pour plusieurs éleveurs de bétail dont Amadou Djampal, éleveur à Niakaramadougou, la SODEFOR, basée à Katiola, a décidé de la non reconduction en 2017 des contrats dits « de transhumance ». Cette situation  inquiète d’ailleurs les acteurs de la filière  qui craignent une résurgence des conflits agriculteurs-éléveurs en milieu rural.

« En cette période de sécheresse, la non délivrance de contrats aux éleveurs, et donc une éventuelle expulsion de ceux-ci des forêts classées, mettrait à mal la cohésion, la cohabitation et la paix sociale déjà précaire entre les agriculteurs et les concernés dans tous les villages de notre département », déplore Ali Koné, porte-parole du chef de canton de Niakaramadougou, avant de plaider pour une médiation des autorités administratives, en l’occurrence le préfet Ya N’Guessan, en vue d’une intervention auprès de la SODEFOR.

jbm/Sgb/kp

Dans la même catégorie