APS DÉBUT DE LA TOURNÉE ÉCONOMIQUE DU PRÉSIDENT MACKY SALL DANS LE SUD APS LANCEMENT D’UN PORTAIL DÉDIÉ À LA FORMATION DES PRESTATAIRES DE SANTÉ AIP Le ministre Gilbert Koné Kafana visite la Cour de comptes AIP Des kits scolaires offerts aux élèves de Gangodouo AIP Le ministre français Jean-Yves Le Drian reçu par le président Ouattara AIP Des agents électoraux perçoivent leurs indemnités à Kani ACP Près de 37 millions USD d’investissement de FIDA dans le secteur agricole en RDC ACP Arrivée à Kinshasa du ministre délégué au ministère japonais des Affaires étrangères ACP Un message spécial de Yoweri Museveni remis au Président Joseph Kabila Kabange ATOP DONS DE MATERIEL SPORTIF A LA FEDERATION TOGOLAISE DE TENNIS

Côte d’Ivoire/ Les contrats de transhumance» entre la SODEFOR et les éleveurs de Niakaramadougou suspendus


Abidjan, 16 jan (AIP)- Les contrats de transhumance signés entre la Société des forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR) et les opérateurs de la filière bétail de Niakaramadougou, autorisant la présence de bœufs dans les forêts classées du département, ont été suspendus en vue d’un recensement des éleveurs, a appris l’AIP auprès des responsables de la SODEFOR.

Selon ces responsables, il s’agit d’une simple suspension de renouvellement de contrats devant conduire incessamment au recensement des éleveurs occupant ces aires protégées et non de l’annulation de ces contacts telle qu’évoquée par les éleveurs.

Pour plusieurs éleveurs de bétail dont Amadou Djampal, éleveur à Niakaramadougou, la SODEFOR, basée à Katiola, a décidé de la non reconduction en 2017 des contrats dits « de transhumance ». Cette situation  inquiète d’ailleurs les acteurs de la filière  qui craignent une résurgence des conflits agriculteurs-éléveurs en milieu rural.

« En cette période de sécheresse, la non délivrance de contrats aux éleveurs, et donc une éventuelle expulsion de ceux-ci des forêts classées, mettrait à mal la cohésion, la cohabitation et la paix sociale déjà précaire entre les agriculteurs et les concernés dans tous les villages de notre département », déplore Ali Koné, porte-parole du chef de canton de Niakaramadougou, avant de plaider pour une médiation des autorités administratives, en l’occurrence le préfet Ya N’Guessan, en vue d’une intervention auprès de la SODEFOR.

jbm/Sgb/kp

Dans la même catégorie