GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

Côte d’Ivoire/ Les contrats de transhumance» entre la SODEFOR et les éleveurs de Niakaramadougou suspendus


Abidjan, 16 jan (AIP)- Les contrats de transhumance signés entre la Société des forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR) et les opérateurs de la filière bétail de Niakaramadougou, autorisant la présence de bœufs dans les forêts classées du département, ont été suspendus en vue d’un recensement des éleveurs, a appris l’AIP auprès des responsables de la SODEFOR.

Selon ces responsables, il s’agit d’une simple suspension de renouvellement de contrats devant conduire incessamment au recensement des éleveurs occupant ces aires protégées et non de l’annulation de ces contacts telle qu’évoquée par les éleveurs.

Pour plusieurs éleveurs de bétail dont Amadou Djampal, éleveur à Niakaramadougou, la SODEFOR, basée à Katiola, a décidé de la non reconduction en 2017 des contrats dits « de transhumance ». Cette situation  inquiète d’ailleurs les acteurs de la filière  qui craignent une résurgence des conflits agriculteurs-éléveurs en milieu rural.

« En cette période de sécheresse, la non délivrance de contrats aux éleveurs, et donc une éventuelle expulsion de ceux-ci des forêts classées, mettrait à mal la cohésion, la cohabitation et la paix sociale déjà précaire entre les agriculteurs et les concernés dans tous les villages de notre département », déplore Ali Koné, porte-parole du chef de canton de Niakaramadougou, avant de plaider pour une médiation des autorités administratives, en l’occurrence le préfet Ya N’Guessan, en vue d’une intervention auprès de la SODEFOR.

jbm/Sgb/kp

Dans la même catégorie