GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health AIP Côte d’Ivoire/ Des vendeurs de drogue interpellés à Soubré

Côte d’Ivoire/ Parc de la Comoé: Un responsable local de l’OIPR dénonce des agressions liées au braconnage, à l’orpaillage et à la transhumance (Interview)


Bouna, 22 mai (AIP)- Au sortir des festivités marquant le cinquantenaire du parc national de la Comoé,  le responsable des commandos forestiers, le commandant Touré Joseph, par ailleurs coordonnateur de la brigade mobile de la Zone Nord-est de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR),  dévoile quelques pans de ce corps d’élite des Eaux et Forêts.

Quelles sont les missions assignées aux commandos forestiers?

Les commandos forestiers ont une mission principale, celle de veiller à la surveillance et à la sécurisation des aires protégées à savoir des parcs et réserves de la Côte d’Ivoire. Nous veillons donc à protéger l’intégrité du territoire de ces aires.

Quelles sont les agressions que vous subissez au sein du parc de la Comoé?

Dans le cas spécifique du parc de la Comoé, nous sommes confrontés à des agressions liées au braconnage, au phénomène d’orpaillage et à la transhumance. Toutefois, nous ne pourrons pas vous dévoiler les stratégies de progression qui nous permettent de mettre le grappin sur les auteurs de ces agressions, mais nous prenons le maximum de technicités pour les appréhender physiquement et les mettre à la disposition de l’organe judiciaire.

Comment devient-on commando forestier de l’OIPR?

Les commandos forestiers sont un corps d’élite des Eaux et Forets. A ce titre, il faut d’abord être à la base un élément des Eaux et Forêts. Ensuite, on est soumis à un test de présélection lancé par l’OIPR pour tout volontaire désireux d’intégrer cette équipe.

Ceux qui réussissent à ce test vont pour la formation commando à l’Ecole de Kofolo, dans le département de Kong. Et tenez-vous bien, ce n’est pas une formation de face mais d’aguerrissement. Elle dure quatre longs mois d’intenses entraînements et est administrée par des moniteurs commandos de l’Unité d’intervention de la gendarmerie nationale (UIGN). En plus de cela, nous avons d’autres formations spécifiques.

Y a-t-il  des femmes dans vos rangs?

Non, pour l’heure, il n’y a aucune femme. Certainement à cause de la rigueur de la formation et les conditions dans lesquelles elle se déroule.

Qu’est ce que ça vous procure d’être commando forestier aujourd’hui?

Cela m’apporte aujourd’hui un aguerrissement personnel et un professionnalisme amélioré. L’amour du métier dans l’âme, les commandos forestiers de l’OIPR sillonnent de jour à la chaleur implacable comme de nuit dans le froid nocturne, les méandres et confins du parc pour la sauvegarde de la biodiversité.  Leur détermination et courage, en depit de nombreuses agressions subites, ont permis de préserver des richesses inestimables d’espèces fauniques et floristiques d’une rare beauté, trésor de l’humanité.

on/fmo

 

Dans la même catégorie