APS THIÈS : PARENTERUS, UNE USINE DE ’’SOLUTÉS STÉRILES’’ INAUGURÉE À BAYAKH 15 janvier 2019 à 21h15min 0 0% Tags: APS SODAGRI TABLE SUR UNE PRODUCTION DE 270 000 TONNES DE RIZ À KOLDA APS LES MONITEURS DES DAARAS MODERNES CHOISIS PARMI LE PERSONNEL DE L’EDUCATION NATIONALE (MINISTRE) ANP Trafics : Nous avons pour défis communs de joindre nos luttes (Premier ministre italien) MAP Mali: Lancement du Centre de monitoring et de Contrôle des Médias audiovisuels, fruit de la coopération avec la HACA du Maroc AGP Kindia : Le ministre de l’ENA inaugure un Collège dans la CR de Samayah GNA Fifth prosecution witness testifies GNA Implementation of SLWMP is empowering women in northern Ghana GNA Merck Foundation institute media award scheme to fight infertility stigma GNA Sekyere East Assembly members commend WVI-G for WASH interventions

Côte d’Ivoire/ Un séminaire de formation des points focaux nationaux de l’OIE ouvert à Abidjan


  17 Janvier      50        Science (525),

   

Abidjan, 17 jan 2018 (AIP)- Un  séminaire de formation des points focaux nationaux de l’Organisation internationale de la Santé animale (OIE) pour les produits vétérinaires 5ème cycle sur la question de la résistance microbienne s’est ouvert mardi à Abidjan.

Cette rencontre qui prendra fin jeudi vise à analyser les effets de l’utilisation des antibiotiques en vue d’éviter des conséquences sanitaires.

« Nous sommes ici pour discuter d’un sujet important, la résistance microbienne. Elle nous concerne tous, (…) affecte la santé humaine, animale, l’agriculture, la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que le développement économique», a interpellé le représentant régional de l’OIE Afrique, Karim Tounkara.

Il a rappelé que c’est en novembre 2017,  dans le cadre d’un accord tripartite sur l’approche « Une seule santé », que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’OIE ont tiré la sonnette d’alarme sur la résistance aux antibiotiques.

Selon M. Tounkara, cette réalité qui a atteint des niveaux inquiétants dans le monde, est source de plusieurs infections chez l’homme. Il a cité la pneumonie, la tuberculose, la septicémie et la gonorrhée « où le traitement devient plus difficile, voire impossible ».

Ouvrant le séminaire, le ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques,  Kobenan Kouassi Adjoumani a relevé que son département y travaille. L’objectif fixé, explique-t-il, est de parvenir à un élevage compétitif, respectueux de l’environnement et qui contribue à la sécurité alimentaire et au bien-être des Ivoiriens.

Pour le ministre Adjoumani, le relèvement de ces défis passe par la maîtrise des pathologies, précisant que la démarche impose une gestion efficiente des risques, implique la mise en place d’une politique globale de concertation nationale et sous-régionale.

Cela, a-t-il ajouté, dans un contexte de mondialisation et de libéralisation des échanges des produits, le marché des médicaments vétérinaires connaît une expansion continue engendrant de nouveaux et réels risques sanitaires liés à la qualité de ces produits.

Il a demandé aux participants de mieux identifier les causes et de disposer d’outils nécessaires à la formulation de nouvelles stratégies permettant de lutter efficacement contre le fléau de l’usage intempestif des médicaments vétérinaires, surtout des antibactériens, facteur déterminant dans la résistance aux antimicrobiens.

En vue  de freiner la propagation des infections résistantes aux médicaments antimicrobiens, le 21 septembre 2016 à New York, aux Etats-Unis, lors de l’assemblée générale des Nations Unies, pour la première fois, les chefs d’Etats se sont engagés à adopter une approche générale et concertée.

Dans la même catégorie