NAN Commission, NGO train youths on peace building NAN Nigerian develops app connecting Africa, Japan NAN Securing Information System, a must for service delivery, says NITDA ACI CONGO : LE ROTARY CLUB INVITE LES JEUNES DE LA RDC ET DU CONGO A DEVENIR DES LEADERS ACI CONGO : SIGNATURE DE TROIS CONVENTIONS DE FINANCEMENT POUR 21 GROUPES DE PRODUCTEURS NAN Nigeria loses 300,000 tonnes of sugar to smugglers annually — Dangote NAN FRSC warns personnel against delay in response to distress calls ANP Modernisation Etat : adoption d’une loi modernisant le système de l’état civil au Niger ANP Niger : un atelier bilan du 4ème recensement général de la population et de l’habitat en prélude au 5ème RGPH en 2021 NAN BNHA approves Ortom’s request to appoint 26 Special Advisers

Côte d’Ivoire/International/ La fibre terrestre se trouve à la base de tous les goulets d’étranglement en Afrique (Experts)


  22 Mai      45        Téchnologie (947),

   

Abidjan, 22 mai (AIP) – Selon les experts réunis pour la table ronde sur l’Afrique organisée pendant la Semaine internationale des télécommunications (ITW) qui s’est tenue à Chicago, aux Etats-Unis, la fibre terrestre se trouve à la base de tous les goulets d’étranglement d’étranglement qui retardent la pénétration d’Internet sur le continent.

Lors de sa présentation sur le thème « Disponibilité du contenu sur le continent africain », le directeur général de la société d’études Xalam Analytics, Guy Zibi, a analysé le parcours numérique de l’Afrique, en soulignant les bouleversements radicaux qui ont modifié la dynamique de la transformation numérique du continent rapporte, mardi, l’Organisation de la presse africaine (APO).

Selon lui, le problème de capacité internationale a été résolu, la plupart des pays côtiers présentant une offre excédentaire de câbles sous-marins desservant le continent. Il a néanmoins remarqué que la portée de cette capacité était encore limitée en raison des restrictions quant à la disponibilité de la fibre terrestre en accès libre, lequel reste extrêmement faible sur la plupart des marchés, notamment au Nigéria, au Sénégal, en Ouganda et en Tanzanie. Ces contraintes se sont traduites par des prix de détail de la connectivité par rapport aux revenus qui sont 2X plus élevés en Afrique qu’en Amérique latine et aux Caraïbes et 3X plus élevés qu’en Asie.

M. Zibi a souligné les dangers de l’élargissement de la fracture numérique sur le continent avec des services limités à des marchés potentiels étroits et l’incapacité de l’Afrique à participer pleinement à la quatrième révolution industrielle. Il a réitéré la nécessité d’un déploiement plus agressif de l’infrastructure terrestre, en particulier au niveau des réseaux métropolitains et locaux, pour atteindre les utilisateurs finaux, à des prix plus abordables.

La table ronde sur l’Afrique lors de l’ITW a été parrainée par MainOne pour la 7e année consécutive et continue à offrir aux intervenants une plateforme permettant de partager leurs points de vue sur les possibilités et les défis de la région avec un public international. Les discussions ont également porté sur les défis en matière d’infrastructure, ainsi que sur les contraintes réglementaires et économiques qui font obstacle à un accès général à Internet et à un développement rapide des accès à large bande à travers le continent.

L’édition 2018 de la Semaine internationale des télécommunications (International Telecom Week, ITW) s’est déroulée du 6 au 9 mai à Chicago, dans l’Illinois.

akn/cmas

Dans la même catégorie