AGP Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon AGP «Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur) AGP Gabon : Le Gouvernement allège le couvre-feu d’une heure AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 44 nouveaux cas de COVID-19 et 57 guéris le 26 septembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme est nul et de nul effet (Ouattara) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Visite d’Etat: Le quartier Marahoué de Bouaflé accède à l’électricité ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre

COUR D’APPEL DE KAOLACK : MALICK SALL SAISIT L’IGAJ POUR UNE ENQUÊTE


  23 Août      12        Justice (869),

   

Dakar, 23 août (APS) – Le ministre de la Justice, Malick Sall, a annoncé avoir saisi l’Inspection générale de l’administration de la justice (IGAJ) en vue de diligenter une enquête sur les accusations du juge Yaya Amadou Dia à l’encontre du président de la Cour d’Appel de Kaolack, Ousmane Kane.

Dans une lettre en réponse à une demande d’explication que ce dernier lui avait servie, Yaya Amadou Dia accuse son collègue de corruption. Il lui reproche notamment d’avoir fait libérer Omar Gaye, un accusé condamné en novembre 2013 à une peine d’emprisonnement à perpétuité pour meurtre et actes de barbarie.

Lors d’un point de presse, Ousmane Kane a défendu sa décision en ces termes : « Omar Gaye a coupé les tendons d’un cadavre dont la mort a été attribuée à d’autres. Aussi répugnant que cela puisse apparaître, l’acte de l’accusé s’appelle mutilation ou profanation de cadavre, même non inhumé, puni d’un emprisonnement de 3 mois à un an et d’une amende de 50 mille franc Cfa à 180 mille franc Cfa ».

L’affaire défraie depuis quelques jours la chronique et sucite un véritable tollé dans l’opinion publique.

Samedi, le garde des Sceaux, ministre de la Justice a réagi dans un communiqué en annonçant avoir ordonné une enquête.

« A la suite de certaines déclarations parues dans la presse et relatives à des affaires relevant de la Cour d’Appel de Kaolack, le garde des Sceaux a saisi l’Inspection générale de l’administration de la justice (IGAJ) à l’effet de diligenter une enquête sur les faits allégués et de dresser un rapport dans les plus brefs délais dans le souci de tirer cette affaire au clair pour la sauvegarde de la crédibilité de l’Institution judiciaire’’, a écrit Malick Sall.

Dans la même catégorie