APS KAOLACK : BAYE ASSISTANCE MÉDICALE MOBILISE 250 AGENTS POUR LA COUVERTURE MÉDICALE DU GAMOU APS L’OUVERTURE D’UNE BOULANGERIE ASSUJETTIE À UNE AUTORISATION (RESPONSABLE) AGP Gabon : Ossouka Raponda représente Ali Bongo Ondimba au colloque international de Brazzaville AIP Kobenan Adjoumani rassure sur la sécurité de l’élection présidentielle AGP Gabon/Justice: Reprise des activités judiciaires dans les tribunaux de Tchibanga AGP Gabon/Barrage hydroélectrique Kinguélé Aval : Signature de la convention entre Asohna Énergie et Sinohydro ANP Niger : Le Président Issoufou demande d’accélérer l’opérationnalisation du fonds Waqf destiné aux FDS ANP Niger : Des éclaircissements sur les modalités d’accès des partis politiques aux médias en période électorale GNA New UN report details environmental impacts of used vehicles MAP Un site d’information zambien se fait l’écho de l’ouverture de l’ambassade de la Zambie au Maroc

COVID-19 : LA RÉGION SUBSAHARIENNE « PLUS IMMUNISÉE QUE LE RESTE DU MONDE » (MÉDECIN)


  19 Septembre      8        Santé (7810),

   

Dakar, 18 sept (APS) – Les populations africaines, les Subsahariens notamment, semblent plus immunisées contre le Covid-19 en comparaison du reste du monde, a laissé entendre le médecin urgentiste sénégalais Massamba Sassoum Diop, selon lequel dans plusieurs pays de cette partie du continent comme le Sénégal, il y a 100 fois moins de cas positifs et de morts qu’en Chine et dans les pays européens.

Si l’on prend en compte la situation ayant prévalu à Wuhan (Chine), foyer originel de la maladie, population et nombre de transmissions compris, au Sénégal on aurait dû avoir avec 16 millions d’habitants, 1,6 million de personnes infectées, 80.000 en réanimation et près de 40.000 décès, a-t-il indiqué dans un entretien publié vendredi sur le site de Radio France internationale (RFI).

Malgré une hausse des cas enregistrés pendant une quinzaine de jours après la fête de la Tabaski, la grande fête musulmane dont la commémoration s’accompagnait de grands mouvements de la population à travers les régions, « le nombre de cas graves et le nombre de décès descendent extrêmement rapidement depuis plus d’un mois », a-t-il fait valoir.

« C’est probablement lié au fait que le virus s’est retrouvé au contact d’une population qui est déjà immunisé contre la Covid-19 en nombre assez important, ce qui est effectivement très en faveur d’une forme d’immunité collective », a expliqué le médecin urgentiste.

Il a par ailleurs évoqué l’existence d’une « immunité préexistante », liée notamment à trois épidémies de grippe en mai, juin et septembre avec des virus dont 70% sont des coronavirus, selon des statistiques de SOS Médecins.

Le médecin note qu’une unité s’est créée à partir de la circulation des coronavirus sur le continent depuis des années, par le véhicule de grippes saisonnières qui surviennent tous les ans en Afrique, même si ces pathologies ne sont pas le Covid-19.

« Il y a des exceptions malgré tout », souligne docteur Diop, comme en Afrique du Sud où 15.000 personnes sont décédées du COVID-19 depuis mars dernier pour une population de 50 millions d’habitants. Il y a eu malgré tout « moins de morts en Afrique du Sud qu’en France », par exemple, relève-t-il.

« L’Afrique du Sud est rentrée dans l’hiver et c’est probablement ce qui a permis une plus grande progression de la maladie », a avancé docteur Massamba Sassoum Diop, qui préside SOS Médecins Sénégal et la Société sénégalaise d’anesthésie, de réanimation et de médecine d’urgence.

Dans la même catégorie