AGP Le SEENA s’interroge sur l’avenir de l’éducation au Gabon AGP «Il n’y a aucun conflit entre le Gouvernement et les ordres religieux» (Ministre de l’Intérieur) AGP Gabon : Le Gouvernement allège le couvre-feu d’une heure AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 44 nouveaux cas de COVID-19 et 57 guéris le 26 septembre 2020 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme est nul et de nul effet (Ouattara) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Visite d’Etat: Le quartier Marahoué de Bouaflé accède à l’électricité ANP Niger : Le Japon fait don de matériels de secours d’urgence aux victimes d’inondations MAP Six « volontaires » antijihadistes tués au Burkina MAP Côte d’Ivoire: les appels de l’opposition à la « désobéissance civile » n’iront nulle part (Ouattara) MAP Le Président kényan ordonne au gouvernement de moderniser et de rénover neuf stades d’ici fin décembre

Covid-19: l’Algérie adopte des sanctions pénales contre les auteurs des agressions verbales et physiques sur le personnel soignant


  27 Juillet      10        Justice (869),

   

Abidjan, 27 juil 2020 (AIP)- L’Algérie a adopté des sanctions pénales pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison contre les auteurs des agressions verbales et physiques contre le personnel soignant, qui ont pris de l’ampleur depuis l’apparition de la Covid-19, rapportent lundi 27 juillet 2020 des médias internationaux, citant l’APS.

Le Conseil des Ministres a « adopté un projet d’ordonnance modifiant et complétant le code pénal pour assurer une meilleure protection des professionnels de la santé », précise un communiqué de l’institution publié dimanche 26 juillet par l’agence APS.

Désormais, toute agression verbale contre le personnel de santé est passible d’une peine allant d’un à trois ans de prison ferme. Pour les agressions physique, l’auteur est sujet d’une peine allant de trois à dix ans d’emprisonnement. En cas de décès d’un soignant lors d’une agression, l’auteur encourt une peine allant jusqu’à la perpétuité. La destruction de biens publics et de matériels médicaux est punie de deux à dix ans de prison et d’une forte amende, selon la nouvelle législation.

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait annoncé la semaine passée qu’il allait légiférer pour faire face à la recrudescence des actes de violences à l’encontre du personnel soignant depuis l’apparition de l‘épidémie de Covid-19.

La nouvelle législation prévoit également de « réprimer les actes d’atteintes à la dignité des patients et au respect dû aux personnes décédées par le biais de la publication d’images et de vidéos ».

Plusieurs personnes ayant publiées des vidéos dans l’enceinte des hôpitaux, dont plusieurs dénoncées par le personnel médical et interpellées ces dernières semaines. Certaines ont été condamnées.

Dans la même catégorie