AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : Ouattara annonce la création d’un Institut national de renforcement des capacités des collectivités territoriales APS THIÉNABA : DES ’’ÉTUDES SONT EN COURS’’ POUR L’ÉLECTRIFICATION DU VILLAGE DE THIOTY (DG SENELEC) AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique « Point de la situation de la COVID-19 au 23/10/2020 » AIP Côte d’Ivoire-AIP/Présidentielle 2020 : L’UE appelle les acteurs politiques ivoiriens à accélérer le dialogue MAP Guinée/présidentielle : 5 morts dans des violences post-électorales AGP Gabon: Reprise progressive des activités de la Société des bois de Lastourville ANP Niger : Les nouveaux membres du Comité Scientifique du CNRA se présentent au Premier Ministre ANP DIFFA : Cérémonie de présentation de semences améliorées produites par l’ONG WHH AGP Gabon : Evolution de la crise sanitaire, Task force et actualité international au menu du point de presse du Porte-parole de la Présidence APS DEUX PIROGUES DE MIGRANTS CLANDESTINS INTERCEPTÉES CE VENDREDI,

COVID-19 : LE PORT DU MASQUE VA CONTINUER PENDANT UN BON MOMENT (PNEUMOLOGUE)


  16 Octobre      9        Santé (7775),

   

Dakar, 16 oct (APS) – L’épidémie de Covid-19 va changer la vie de tout le monde, même avec la tendance baissière observée ces dernières semaines puisque les gens seront obligés d’adopter de nouvelles habitudes en continuant à porter des masques pendant un bon moment, a soutenu le Chef de service de pneumologie pédiatrique de l’hôpital Albert Royer Professeur Idrissa Bâ.
’’On va devoir continuer à porter un masque, se laver les mains régulièrement ou utiliser un gel hydro alcoolique, éviter les regroupements’’, a dit le pneumologue dans un entretien avec l’APS, relevant que les habitudes vont changer pour intégrer dans notre quotidien ces mesures de protection individuelle et collective.

‘’Les habitudes vont changer également dans les services, on va continuer à travailler mais en adoptant de nouvelles habitudes et les enfants vont continuer à aller à l’école avec leurs masques’’, a-t-il souligné.

‘’Désormais, quand on va dans les lieux de regroupement, quand on est enrhumé ou malade, on va porter un masque. Probablement cette année il n’y aura pas beaucoup de cas de grippe du fait du port des masques chez la plupart des populations’’, a ajouté le pneumologue.

En effet, selon le médecin, ‘’la Covid-19 peut devenir une maladie endémique déjà on est à 8 mois et il est toujours là mais il va perdre en termes de virulence et de puissance’’.

Toutefois les diabétiques, les personnes âgées, les hypertendus vont continuer à être des sujets à risques fragiles face à ce virus qui n’est pas seulement une maladie respiratoire mais c’est une maladie systémique qui attaque les vaisseaux, les reins, les poumons et presque tout l’organisme.

Certes, a dit le pneumologue, ‘’il y a eu d’autres coronavirus au Sénégal et dans d’autres pays subsahariens mais qui ne sont pas aussi virulents que la Covid-19. D’où une certaine immunité chez les africains’’

Mais il faut continuer à se protéger avec surtout le port du masque parce que ‘’c’est un virus futé, intelligent et a beaucoup de parades et les gens l’ont compris un peu tardivement. C’est pourquoi il y a eu beaucoup de décès dans certains pays’’, selon Pr Bâ.

‘’On croyait que c’est un virus comme tous les autres qui entre dans l’organisme et qui affecte les voies respiratoires, mais la Covid-19 c’est autre chose, ce n’est pas juste une maladie pulmonaire, elle passe dans les vaisseaux et entraine la formation de caillots’’, a-t-il relevé.

Maintenant avec le traitement symptomatique, a ajouté le pneumologue, on donne l’oxygène tôt, les anti-inflammatoires tôt, les anticoagulants et l’assistant respiratoire avec un masque qui envoie la pression.

‘’Nous sommes optimistes pour la tendance baissière mais il faut continuer à être vigilants, regarder ce qui se passe ailleurs avec la résurgence de la maladie dans certains pays parce que nous sommes dans un monde interconnecté avec l’ouverture des frontières’’, a-t-il dit.

Depuis quelques semaines les cas positifs rapportés par le ministre de la Santé sont en baisse avec un taux de positivité qui tourne autour de 2% par rapport au nombre de tests réalisés quotidiennement.

Dans la même catégorie