APS UN RACKETTEUR SE FAIT PASSER POUR LE GOUVERNEUR DE ZIGUINCHOR APS LA TERRE EST LE PLUS GROS RISQUE DE CONFLIT AU SÉNÉGAL, SELON MACKY SALL GNA Bui gets centre to provide science, technology and robotic education GNA NDC will settle aggrieved customers of Menzgold GNA Oti has no hand in the secessionist uprising – Nana Asiakwa Inforpress Presidente do SIACSA garante que conseguiram resolver as pendências dos vigilantes privados Inforpress Autárquicas 2020: PAICV exorta Governo a parar qualquer acção que vise corromper o eleitorado Inforpress Afrobasket 2021: Seleção nacional de basquetebol defronta hoje o Tchade no primeiro jogo do torneio de Wild Card APS OUVERTURE À DIAMNIADIO DES TRAVAUX DE LA JOURNÉE NATIONALE DE LA DÉCENTRALISATION APS COVID-19 : 24 NOUVEAUX CAS DONT 7 IMPORTÉS

COVID-19 : LES CHIRURGIENS-DENTISTES LAISSÉS EN RADE PAR LE PLAN DE RÉSILIENCE ÉCONOMIQUE (ORDRE)


  14 Octobre      11        Santé (7761),

   

Dakar, 14 oct (APS) – Les chirurgiens-dentistes, par la voix du président de leur Ordre docteur Mamadou Kâ, se disent laissés en rade par le plan de résilience économique mis en place par l’Etat du Sénégal pour aider différents secteurs à faire face à l’impact de l’épidémie à coronavirus.

« Le manque à gagner est aujourd’hui très lourd mais malgré les contacts et les correspondances adressées à qui de droit, le plan de résilience économique de l’Etat n’a toujours pas répondu à nos attentes », a dit docteur Kâ.

« Le personnel dentaire est pourtant au centre de l’exposition à cette maladie du fait de la proximité avec les patients qui ne peuvent pas porter de masque pendant la consultation et du dégagement des aérosols résultants de nos instruments de travail », a-t-il ajouté lors d’un point de presse tenu mercredi à Dakar.

C’est pourquoi tout au début de la pandémie, l’Ordre des chirurgiens-dentistes avait réuni les responsables du ministère de la Santé et de l’Action sociale et les différentes composantes de la profession pour anticiper et prendre « les dispositions adéquates ».

Un protocole, dont le focus tournait autour de la conduite à tenir face à l’épidémie, avait été élaboré, a rappelé le président de l’Ordre des chirurgiens-dentistes.

Ces professionnels se sont dotés des moyens de protection contre la pandémie « malgré la hausse vertigineuse et subite appliquée sur les coûts des Equipements de protection individuelle (EPI) et les produits de décontamination du fait de l’épidémie de Covid-19, notamment les gants et les masques », a-t-il rappelé.

« Au début de l’épidémie, les patients par souci de protection se sont fait rares obligeant certains cabinets à fermer », a-t-il ajouté.

Les patients ont préféré s’éloigner des structures de soins dentaires. Le privé et le public ont été « durement atteints par la Covid-19 », selon le chirurgien dentiste.

Mais, a jouté docteur Kâ, « devant la problématique de la continuité et de la permanence des soins en toutes circonstances, les chirurgiens, après réception des didacticiels ordinaux et suite à de consistants sacrifices financiers, ont repris service ».

Pour le président du Syndicat des chirurgiens-dentistes, docteur Joseph Faye, le personnel dentaire doit être pris en compte dans cette lutte contre l’épidémie, autrement, observe-t-il, la chaine de transmission ne pourra pas être rompu.

« Le personnel de santé dentaire doit être pris en charge dans la résilience économique parce que les maux dentaires sont là, quelle que soit la prévalence de la Covid19 », a-t-il souligné.

Aujourd’hui, a relevé docteur Faye, « le matériel de protection est excessivement cher pour les dentistes alors qu’en même temps, ils ont vu une réduction drastique du nombre de leurs patients ».

Ainsi, plaident-ils pour un appui de l’Etat face à l’impact économique de la maladie sur leurs activités de santé publique.

Dans la même catégorie