GNA More than 5, 800 centres open for EC’s exhibition exercise in Ashanti Region GNA Voters commend EC for SMS verification platform GNA Veep supports Strategic National Stockpile establishment to tackle health emergencies GNA Government urged to develop a comprehensive cervical cancer control plan GNA Voter Register Exhibition begins smoothly but on low key GNA Peace Council to hold 2020 national youth for peace summit GNA Odweanoma Paragliding site to be commissioned during ‘Yenko Kwahu’ Festival GNA Ghana is making moderate progress in nine SDGs APS INONDATIONS : 271 FAMILLES SINISTRÉES RECASÉES SUR UN SITE DE KEUR MASSAR APS PLAN ORSEC : UNE LARGE PART SERA RÉSERVÉE À DIOURBEL, PROMET ALY NGOUILLE NDIAYE

COVID-19 : Les conséquences sur le secteur du transport aérien sont énormes (Billeteur)


  10 Août      9        Santé (7357),

   

Niamey, 10 Août (ANP) – Le secteur du transport aérien, comme la plupart des secteurs socioéconomiques du Niger, a été considérablement impacté par la fermeture des frontières du fait de la pandémie de la COVID-19.

En plus des enjeux économiques auxquels il fait face depuis toujours, ce secteur, bien que vecteur important de croissance pour un pays comme le Niger, a subi de plein fouet les conséquences de cette pandémie, selon les compagnies de billetterie qui tentent tant bien que mal de redresser leurs chiffres d’affaires.

Selon le représentant d’Air Algérie au Niger, M. Zaidi Abderrazak, que nous avons rencontré avant l’ouverture des frontières aériennes, « la fermeture des frontières aériennes est vécue chez nous le plus normalement du monde. On reçoit les clients et on leur donne les renseignements selon les directives de la direction générale, notamment sur la fermeture des frontières, sur comment on doit faire pour le remboursement des billets ».

« Ce n’est pas du tout facile, mais heureusement qu’ici à Niamey on n’a pas beaucoup de remboursements », a-t-il fait savoir, soulignant que « la plupart des clients viennent pour la reprise, car ils veulent voyager ».

« Nous perdons trois (3) vols par semaine, donc le manque à gagner est vraiment énorme aussi et pour le rattraper on fera le nécessaire, car ils ont autorisé à toutes les compagnies d’utiliser 30% des vols depuis le 1er juillet, c’est-à-dire un vol par semaine à Air Alger au lieu de trois. Progressivement à partir du mois d’août, on verra comment faire et tout dépend aussi de la direction des programmes qui se trouve à Alger », a par ailleurs affirmé M. Zaidi Abderrazak.

Concernant la relance du secteur, le représentant d’Air Algérie au Niger a lancé un appel à l’endroit des autorités. « Nous espérons avoir d’autres clients d’ici la réouverture des frontières car pour le moment nous n’avons que ceux qui ont déjà fait des réservations et pour cela nous appelons les autorités de nous rajouter plus de vols pour pouvoir s’en sortir », a-t-il conclu.

Les autres compagnies de billetterie contactées par l’ANP pour plus d’informations, notamment Air France, Turkish Airlines n’ont pas voulu répondre.

Notons que les frontières aériennes du Niger ont été ouvertes depuis le 1er Août dernier.

Dans la même catégorie