APS L’OIM LÈVE UN COIN DU VOILE SUR LE NIVEAU D’ENDETTEMENT DES MIGRANTS APS TOUBA : SERIGNE MBAYE THIAM PROMET UNE AUGMENTATION DE LA PRODUCTION D’EAU AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les journalistes invités à promouvoir le développement durable AIP Côte d’Ivoire-AIP/Un fournisseur de gaz primé pour la bonne sécurisation de ses bouteilles AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Des leaders communautaires de Bouaké sensibilisés sur la rage AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Sos des opérateurs économiques impactés par les affrontements communautaires à Bonoua AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La SICOGI promet la livraison de logements sociaux tous les mois à partir de décembre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le 7ème congrès du SYNAPPCI à partir du 8 octobre AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Covid-19 : un téléthon bientôt organisé pour prévenir un éventuel rebondissement des cas de contamination GNA Sefwi-Debeiso Chief commends MONDELEX International Cocoa Life for factory

Covid-19 : les planteurs d’hévéa de Bettié dans l’attente du fonds de soutien


  15 Septembre      5        Agriculture (1536),

   

Abengourou, 15 sept 2020 (AIP) -Les planteurs d’hévéa du département de Béttié ont exprimé dimanche 13 septembre 2020 leur vœu d’obtenir le fonds de soutien à la filière mis en place par le gouvernement dans le cadre du plan de riposte contre l’impact de la pandémie.

Selon Béhibro Philippe planteur d’hévéa à Bettié les producteurs de caoutchouc de Béttié ont certes été enregistrés pour recevoir le financement, mais continuent d’attendre comme ça été le cas ailleurs dans d’autres régions.

Un plan de soutien économique de 650 milliards F CFA pour préserver l’outil de production et préparer la reprise des activités impactées par la covid-19 est dédié aux filières agricoles. 300 milliards F CFA sont destinés à l’Agriculture avec 250 milliards F CFA pour la filière anacarde, le coton, l’hévéa, le palmier à huile et cacao et le café.

Il a fait savoir que le secteur hévéicole a été fortement touché par l’impact de la Covid-19. « On livre le produit et on attendait deux à trois mois pour recevoir notre paie », a confié M. Béhibro. Il a expliqué que la société africaine de plantations d’hévéa à qui ils livrent le caoutchouc a été obligée d’imposer des quotas.

« Pour un planteur qui produit 10 tonnes, il a un quota de 3,5 tonnes qui peut être acheté et nous sommes dans l’obligation de brader les six tonnes restantes chez des acheteurs occasionnels », regrette-il, non sans faire remarquer qu’avec le prix du kilogramme fixé à 253 F CFA, la situation n’est toujours pas trop reluisante. Il dit garder toutefois espoir avec « l’amélioration des choses » à en croire la SAPH dans les deux ou trois mois à venir.

Dans la même catégorie