APS LA CJRS VOLE AU SECOURS DU JOURNAL LES ECHOS APS L’ETAT ET LES ACTEURS JUDICIAIRES INVITÉS À TROUVER « UNE SOLUTION HEUREUSE » À LEURS DIVERGENCES APS JOURNÉE DE L’ARBRE : DES ASSOCIATIONS VALIDENT LE CHOIX PORTÉ SUR LE BAOBAB GNA Effective planning, implementation and public cooperation is our magic-EC GNA President congratulates five Ghanaians for completion of AOGC programme in Canada GNA Bryan Acheampong Foundation provides potable water for five communities GNA Police hunts for eight hooligans for assaulting registration officials, others AIP Les populations de Gbéléban instruites en matière de prévention des menaces sécuritaires GNA Parliament suspends Fiscal Responsibility Rules for 2020 GNA Huawei overtakes Samsung as top handset seller in 2020 second quarter

COVID-19: Un relâchement dans l’application des mesures barrières à Dimbokro


  31 Juillet      5        Santé (6767),

   

Dimbokro, 30 juil 2020 (AIP) – Les populations de Dimbokro ont relâché dans la lutte contre la COVID19, foulant au pied les mesures barrières prescrites pour éviter la contamination de cette pandémie, a constaté l’AIP depuis quelques semaines dans la capitale régionale du N’zi.

En dehors des services administratifs notamment le tribunal, la préfecture et la direction régionale de l’Education nationale où des écriteaux exigent aux usagers l’application stricte de ces mesures surtout le port de masque, les populations ne respectent pas les règles édictées dans cette lutte.

« C’est avant que les gens achetaient les cache-nez mais depuis quelques semaines, on ne gagne rien plus », affirme un jeune vendeur, Kouassi Marc, un lot de cache-nez sous le bras vendus à 500 F l’unité. Il affirme que les gens n’en ont cure de la maladie et certains n’y croient même pas malgré les nombreuses séances de sensibilisation initiées par les autorités locales.

Dans le grand marché de la ville qui grouille de monde, aucune disposition n’est prise par les populations notamment les femmes pour se prémunir contre une éventuelle contamination. Les quelques personnes rencontrées, le visage couvert par un masque, sont vues comme venant d’une autre planète.

« Pourquoi porter toujours quelque chose qui étouffe même au marché encore », s’interroge Coulibaly Assita, une commerçante au grand marché, ajoutant que Dieu aidera.

« Cette affaire de Corona-là, huum, nous on n’a pas ça ici à Dimbokro », confie le jeune Siagbé Jacques, environ 16 ans, au milieu de plusieurs camarades, un groupe d’élèves fraîchement admis au Brevet d’études du premier cycle (BEPC), assis autour d’une table garnie de boisson alcoolisée.

Sans respect de la distanciation sociale ni du port du masque, ils affirment prendre d’assaut chaque soir ce maquis, un lieu de distraction pour eux.

Dans la même catégorie