AGP Guinée-Sénégal CAN 2021 : Kaba Diawara satisfait et promet de se remettre au travail pour les prochains matchs AGP Conakry/Société : Des kits socioprofessionnels pour 19 enfants en situation de vulnérabilité AGP Kankan-Justice : Passation entre les procureurs entrant et sortant au tribunal de 1ère instance AGP Guinée : Les opérateurs économiques reçus par le président de la transition GNA Nestlé Ghana recalls dairy products temporarily GNA Ecotoursim contributes $1.2 billion to GDP in 2020 GNA Venture Capital Trust Fund invest in more than 60 companies GNA Reinstate GN Bank’s license-PPP appeals to President Akufo-Addo AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les acteurs de la société civile appelés à jouer leur rôle d’éclaireur de la population AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La pisciculture et ses infrastructures expliquées aux élèves de Tiébissou et de Didiévi

COVID-19: Une forte connaissance mais une très faible application des mesures de lutte à Abidjan (Etude)


  1 Décembre      20        Santé (12423),

   

Abidjan, 1er déc 2021 (AIP)- L’Institut national de santé publique (INSP) a mené une étude qui démontre que les populations d’Abidjan ont une très haute conscience de l’impact et des conséquences de la pandémie du COVID-19 mais ne respectent pas suffisamment les mesures de lutte contre la propagation de la pandémie.

Docteur Kangah Orphée qui a mené l’étude avec une équipe de quatre chercheurs de l’INSP, retient pour évidences statistiques, que la population d’Abidjan est largement exposée à l’information concernant le COVID-19 à travers notamment la télévision, qu’elle a des connaissances imparfaites sur la maladie, mais ne respecte pas les mesures de prévention et de lutte. Pendant ce temps, le mécanisme manque de stratégies endogènes face aux réticences et difficultés de changement de comportement, déplore-t-elle.

Le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, Dimba Pierre, devrait tirer un très grand profit de cette étude, a affirmé le conseiller Brou Gbotto Raymond qui le représentait.

Responsable de l’Unité de coordination des projets de santé à la Banque mondiale, Dr Gaudet-Pitta Tania a expliqué le soutien de l’institution à la réalisation de ce projet par la constance de sa présence auprès de la Côte d’Ivoire depuis le signalement du premier cas, le 11 mars 2020.

La Banque mondiale avait alors débloqué un montant de 75 millions de Dollars (37,5 milliards FCFA) en appui au Plan national de riposte, à la réhabilitation des sites dédiés, à l’approvisionnement en masques, à l’hébergement des cas contact, au paiement de primes de risque pour les agents de santé et de sécurité et récemment, au déploiement de la vaccination sur l’ensemble du territoire.

Le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle a enregistré, mardi 30 novembre 2021, 12 nouveaux cas de COVID-19 sur 2 103 échantillons prélevés soit 0,6 % de cas positifs, 18 guéris et zéro décès. La Côte d’Ivoire enregistre, à cette date, 61 724 cas confirmés dont 60 739 personnes guéries, 704 décès et 281 cas actifs. Le nombre total d’échantillons est de 1 151 972. Le lundi 29 novembre, 47 339 doses de vaccin ont été administrées soit un total de 4 487 409 doses du 1er mars au 29 novembre, selon les chiffres officiels.

Dans la même catégorie