APS CAN U 23: A JOSEPH KOTO DE VALIDER LE CARTON PLEIN AIP Côte d’Ivoire/ Le Patronat se mobilise pour l’enrôlement de son personnel à la CMU AIP Côte d’Ivoire/ Une cargaison de riz présumé avarié saisie et soumise à des analyses, selon le DG du Commerce extérieur MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) APS SENEGAL: NGOUDIANE DOTÉ D’UN FOYER DE FEMMES ET D’UNE UNITÉ DE TRANSFORMATION DE PRODUITS CÉRÉALIERS MAP Burkina Faso: les deux enseignants kidnappés le 11 mars retrouvés morts AIP La Côte d’Ivoire en lice pour la Coupe d’Afrique de la Boulangerie à Casablanca MAP Nairobi parmi les métropoles les plus chères pour les expatriés (Economist Intelligence Unit) AIP Côte d’Ivoire/ La police de Bondoukou instruite sur les documents de commercialisation de la noix de cajou AIP Côte d’Ivoire/ Le dialogue, la seule issue pour arriver à la paix (Raffarin)

Crise économique en Afrique du Sud: Pretoria face à des choix difficiles (ministre des Finances)


Johannesburg, 24/10/2018 (MAP)- Le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni, a mis en garde, mercredi, que son gouvernement sera appelé à faire des choix difficiles pour faire face à la crise économique qui affecte le pays.
Le responsable, qui présentait le budget de mi-mandat de son gouvernement, s’est attardé en particulier sur la crise d’endettement, soulignant que cet endettement va continuer d’augmenter durant les deux prochaines années au moment où les revenus de l’Etat s’inscriront dans une tendance baissière.
Cette première sortie officielle de Mboweni, dont la désignation il y a deux semaines a suscité l’optimisme de la communauté économique, a entrainé un nouveau recul de la monnaie sud-africaine, le Rand, qui ne cesse de cumuler les pertes face au dollar américain.
Mboweni, cinquième ministre des Finances sud-africain en moins de trois ans, est appelé à redynamiser la croissance moribonde dans son pays plombé par la mauvaise gouvernance politique et économique depuis le début du mandat de l’ancien président Jacob Zuma en 2008.
Cyril Ramaphosa, qui a succédé à Zuma en février dernier, s’est engagé à drainer 100 milliards d’investissements durant les cinq prochaines années. Une conférence débutera, jeudi à Johannesburg, sur cette question.
«Nous devons choisir un chemin à même de stabiliser et réduire la dette nationale», a dit l’argentier sud-africain, soulignant que le pays ne doit pas continuer à s’endetter.
Il a mis l’accent sur la nécessité pour le gouvernement de prendre «des décisions difficiles» pour redynamiser la croissance et générer des emplois.
La Trésorerie sud-africaine a récemment revu à la baisse ses prévisions de croissance, estimant que le Produit Intérieur Brut sud-africain croitra de 0,7 pc en 2018. Le pays se trouve actuellement en récession suite à deux trimestres de croissance négative. Il s’agit d’une situation peu confortable pour un pays où le chômage affecte plus de 27 pc de la population active. (MAP)
AO

Dans la même catégorie