APS INVESTISSEMENTS : LE GOUVERNEMENT INVITE LE PRIVÉ A PRENDRE LE RELAIS DE L’ETAT (MINISTRE) APS GREENPEACE DIT HALTE À L’INDUSTRIE DE FARINE ET DE L’HUILE DE POISSON APS LES ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE DAKAR ET PÉKIN PORTÉS À PLUS DE 1500 MILLIARDS CFA EN 2018 (AMADOU HOTT) GNA Ministry lauds NGOs for their role in curbing illegal mining in Ghana GNA UN Refugee Chief calls for solidarity in response GNA Stakeholders sensitised on referendum on local governance ABP Le CEG d’Athiémé abrite le lancement départemental de l’examen du baccalauréat dans le Mono ABP Lydie Déré Chabi Nah lance la phase écrite du Bac à Natitingou ABP 1.059 candidats affrontent les épreuves écrites du Bac session de juin 2019 au centre du CEG1-Savè AGP Coupe nationale de Guinée : 9e trophée pour Horoya face au CIK

Crise économique en Afrique du Sud: Pretoria face à des choix difficiles (ministre des Finances)


Johannesburg, 24/10/2018 (MAP)- Le ministre sud-africain des Finances, Tito Mboweni, a mis en garde, mercredi, que son gouvernement sera appelé à faire des choix difficiles pour faire face à la crise économique qui affecte le pays.
Le responsable, qui présentait le budget de mi-mandat de son gouvernement, s’est attardé en particulier sur la crise d’endettement, soulignant que cet endettement va continuer d’augmenter durant les deux prochaines années au moment où les revenus de l’Etat s’inscriront dans une tendance baissière.
Cette première sortie officielle de Mboweni, dont la désignation il y a deux semaines a suscité l’optimisme de la communauté économique, a entrainé un nouveau recul de la monnaie sud-africaine, le Rand, qui ne cesse de cumuler les pertes face au dollar américain.
Mboweni, cinquième ministre des Finances sud-africain en moins de trois ans, est appelé à redynamiser la croissance moribonde dans son pays plombé par la mauvaise gouvernance politique et économique depuis le début du mandat de l’ancien président Jacob Zuma en 2008.
Cyril Ramaphosa, qui a succédé à Zuma en février dernier, s’est engagé à drainer 100 milliards d’investissements durant les cinq prochaines années. Une conférence débutera, jeudi à Johannesburg, sur cette question.
«Nous devons choisir un chemin à même de stabiliser et réduire la dette nationale», a dit l’argentier sud-africain, soulignant que le pays ne doit pas continuer à s’endetter.
Il a mis l’accent sur la nécessité pour le gouvernement de prendre «des décisions difficiles» pour redynamiser la croissance et générer des emplois.
La Trésorerie sud-africaine a récemment revu à la baisse ses prévisions de croissance, estimant que le Produit Intérieur Brut sud-africain croitra de 0,7 pc en 2018. Le pays se trouve actuellement en récession suite à deux trimestres de croissance négative. Il s’agit d’une situation peu confortable pour un pays où le chômage affecte plus de 27 pc de la population active. (MAP)
AO

Dans la même catégorie