GNA Renew our mandate to move development to the next stage – Ayeh Paye GNA Warehouse Receipt System trains stakeholders on effective inspection GNA Four Ghanaian match officials selected for WAFU Championship GNA ELECTION 2020 IN PERSPECTIVE GNA UNICEF presents US$40,000 to GHS to fight COVID-19 ACP La ministre des Affaires étrangères installe le point focal genre de son administration ACP La situation macro-économique reste stable, selon le  Comité de conjoncture économique ACP Le président de la Commission de l’UA en mission à Kinshasa APS YATMA FALL : ’’FAIRE DE LA CARTE D’ÉGALITÉ DES CHANCES UN PROGRAMME NATIONAL’’ APS LA RTS ET L’UVS EN PARTENARIAT POUR RENFORCER LES CAPACITÉS DES ACTEURS DE L’AUDIOVISUEL (COMMUNIQUÉ)

Crise politique en Guinée : Plaidoyer du Réseau des Femmes pour la Paix (RFP)


  2 Novembre      12        Diplomatie (857), Politique (13235),

   

Conakry, 02 nov. (AGP)- Dans le cadre de l’instauration de la stabilité, la paix et la cohésion sociale en Guinée, le Réseau des Femmes pour la Paix (RFP) a organisé, dimanche 01 novembre 2020 à Conakry une assemblée générale en vue de faire un plaidoyer pour dire halte à la division, à la haine et aux violences.

Aussi, montrer l’engagement commun du RFP en faveur des opérations de maintien de la paix dans le pays, émaillé par des violences depuis l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

En présence de plusieurs représentantes des partis politiques, l’une des membres du RFP, Mme Bangoura Daloba Soumah a informé que cette rencontre a été initiée pour interpeller les acteurs politiques de tout bord pour leur faire savoir la nécessité de la paix dans le pays sans laquelle aucun développement n’est possible. Également, leur dire que nous devons renforcer le tissu social tout en acceptant pas que notre pays se retrouve dans une situation qu’on ne peut pas gérer.

Selon la porte-parole du RFP, Mme Kourouma Ramatoulaye Camara, le maintien de la paix en Guinée fait face aux défis ethno-stratégiques, son succès dépend de la participation de tous les guinéens dont l’engagement collectif doit être renouvelé.

Le réseau veut une Guinée sans haine et sans violence où tous les citoyens obtiennent l’égalité de chance à tous les niveaux, où chacune et chacun est traité de façon équitable et non par l’appartenance ethnique, politique, religieuse et sociale.

Le RFP s’oppose à la logique erronée selon laquelle seule la violence peut résoudre nos problèmes. Il continuera à s’opposer à toute idée de violence qui met en danger la viabilité de notre société, notre bon vivre ensemble légués par nos aïeuls comme Almamy Samory Touré, Boubacar Biro Barry, Dinah Salifou, Zégbéla Tokpa.

Pour elle, la contribution de la femme dans la recherche de la paix dans notre pays est indispensable car, elles constituent plus de 52% de la population. C’est la raison pour laquelle rassure-la porte-parole qu’elles continueront à œuvre en faveur de la paix à travers ce réseau par des sensibilisations et des marches pacifiques.

Concernant les violences post-électorales, Ramatoulaye Camara n’a pas manqué de regretter aussi des blessés civils et toutes les victimes qui ont été arrachées à l’affection de leurs parents et au bonheur du peuple de Guinée. Elle demande au gouvernement de faire la lumière sur toutes les violences survenues lors de ces événements douloureux qui ont endeuillé plusieurs familles.

Aux partis politiques, de privilégier le dialogue car, même les guerres les plus farouches ont été résolues autour de la table.

Après avoir écouté la déclaration du RFP, la coordinatrice politique du parti PADES de Dr Ousmane Kaba a affirmé qu’elle adhère à l’idée du réseau et cela parce que son parti PADES est un parti de paix et qui parle de paix, parle de bonheur pour son pays.

« Le président de mon parti n’a jamais accepté la violence dans ce pays. Donc, si ce réseau fasse appelle à une femme du PADES, franchement cela me va droit au cœur. La violence n’arrange rien dans ce pays, il faut que les leaders comprennent qu’on n’a pas droit à l’erreur en soutenant la violence. Prônons plutôt la promotion de la paix parce que le pays à trop souffert et on a besoin de développement », a fait savoir Mme DD Dioubaté

Dans la même catégorie