AGP Gabon/Journée nationale du Drapeau : les enfants de ‘’SOS Mwana » honorés par le ministère de la Justice ANP Elaboration du plan national de mise en œuvre des recommandations issues de l’EPU APS L’ARDN et son président honorés par l’association des journalistes noirs-américains AIP An 62: Un opérateur économique soulage des malades à Issia AIP Le tournoi Dominique Ouattara marqué par le “fair-play” à Touba AIP Le député-maire exhorte les jeunes d’Oumé à l’entrepreneuriat pour leur insertion socio-professionnelle AIP Des populations décrient la pollution de leur cadre de vie par les eaux usées d’une huilerie à Korhogo Inforpress Xadrez: Célia Rodriguez é candidata a Mestre Feminina da FIDE Inforpress PR pede “inquérito rigoroso” sobre as circunstâncias da morte do adolescente da Brava Inforpress Portugal: Associação dos Amigos de Santa Cruz aposta em acções sociais e trabalho com jovens – presidente

DAKAR PRÉSENTE SON DEUXIÈME RAPPORT QUADRIENNAL PÉRIODIQUE SUR LA PROMOTION DES EXPRESSIONS CULTURELLES


  27 Octobre      27        Arts & Cultures (2195),

   

Dakar, 27 oct (APS) – Le Sénégal a présenté lundi son deuxième rapport quadriennal portant sur la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles dite ‘’Convention 2005 de l’UNESCO’’.
Le document passe en revue toutes les mesures et politiques mises en œuvre par l’Etat sur les questions liées à la mobilité des artistes, à l’équité et l’égalité du genre et aux manifestations culturelles portées par les territoires, entre autres.
La restitution du rapport, faite devant les acteurs culturels et les organisations de la société civile culturelle, a eu lieu au Grand Théâtre Doudou Ndiaye Coumba Rose de Dakar, lors d’une cérémonie présidée par le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Habib Léon Ndiaye.
‘’Le rapport passe en revue quatre objectifs spécifiques et le plus important est la mobilité des artistes et la circulation des biens et services culturels’’, indique le directeur des arts, Abdoulaye Koundoul, par ailleurs point vocal de la Convention 2005 de l’UNESCO (l’agence des Nations unies en charge de la culture, de la science et de l’éducation).
Le document d’une centaine de pages souligne la mise en place du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOPICA), dont un volet permet de soutenir les professionnels du cinéma participant à des festivals et ceux venant au Sénégal pour des manifestations culturelles.
Ses rédacteurs ont aussi évoqué la mise en place du système informatique de la Douane ‘’Gaindé’’ permettant d’avoir une visibilité sur les biens et services culturels entrant et sortant du pays.
‘’On le sent tous les jours de par les récriminations et les demandes des artistes, que leur mobilité pose problème, alors que cette convention pose ce principe. Il suffit que toutes les parties respectent ce principe pour que les artistes puissent se déplacer sans problème et que les biens et services culturels puissent traverser les frontières sans aucune entrave’’, a estimé Abdoulaye Koundoul.
Sur la question de l’équité et de l’égalité de genre, les initiatives, comme le mouvement ‘’Genj Hip hop’’ regroupant les femmes artistes et activistes engagées dans le hip hop et l’orchestre ‘’Jigen ni’’, composé exclusivement de femmes musiciennes, ont été mises en exergue dans le document
Le soutien aux activités culturelles avec les différents fonds existants, les manifestations culturelles portées par les territoires, notamment le festival de Foundiougne, le festival de ‘’Tassu’’ de Kaolack, Festi’Kolda, ‘’Les blues du fleuve’’ à Podor, etc. figurent en bonne place dans le rapport.
Pour la première fois, les mesures relatives à la diversité des médias ont été prises en compte, selon M. Koundoul.
‘’Ce deuxième rapport met en avant des mesures de politiques innovantes. (…). Il ne s’agit pas d’un rapport comme les autres, sa particularité est qu’il met en exergue des mesures durables qui vont permettre de renforcer la résilience des artistes’’, a soutenu la représente de l’UNESCO-BREDA, Guiomar Alonso.
Le deuxième rapport périodique quatriennale présenté en juin dernier au ministre de la Culture et de la Communication dresse ainsi ‘’un résumé analytique des forces et faiblesses décelées, ainsi que des opportunités de la gouvernance du secteur culturel’’.
‘’Le document a mis en lumière les défis auxquels le Sénégal est confronté pour restituer à la culture son rôle de source d’impulsion, de moyen de mise en œuvre et de finalité permanente du développement durable’’, explique le rédacteur général du rapport, Moustapha Tambadou.
‘’Les résultats impressionnants que vous avez obtenus n’édifient pas simplement sur l’existent, mais nous mettent en face de nos responsabilités sur les arts et les cultures. Car au moment où vous remettiez ce rapport, le secteur culturel commençait à être frappé de plein fouet par la pandémie du Covid-19’’, a rappelé Habib Léon Ndiaye.
Le rapport quatriennal périodique portant sur la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles dite ‘’Convention 2005 de l’UNESCO’’ est remis tous les quatre ans par les Etats signataires de la Convention.
Le Sénégal remet ainsi son deuxième rapport après celui de 2015.

Dans la même catégorie