MAP Le Maroc parmi les 10 premiers pays qui ont réussi le défi de la vaccination contre la Covid-19 (OMS) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Des affiches des candidats déchirées à Bocanda AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Adama Bictogo appelle à voter pour le candidat désigné par le RHDP à Aboisso sous-préfecture AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 356 nouveaux cas de COVID-19 notifiés le 3 mars 2021 (Ministère) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le préfet de Bocanda invite les candidats à œuvrer pour la paix pendant la campagne AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Au total 2 000 ménages vulnérables bénéficient de kits alimentaires et sanitaires à Abidjan AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le candidat RHDP de Tagadi et Sorobango veut continuer de soutenir les actions de développement du Gouvernement AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021: Le candidat du PDCI compte défendre les intérêts de la population de Bonon APS MACKY SALL ANNONCE 8 MILLIONS DE DOSES POUR LA VACCINATION DE 4 MILLIONS DE PERSONNES APS LE PRÉSIDENT SALL PRÔNE LA FINALISATION DE LA STRATÉGIE NATIONALE DE PROTECTION CIVILE

Darfour : plus de 80 personnes sont mortes en moins de 48 heures (Nouveau bilan)


  18 Janvier      13        Militaire (381),

   

Abidjan, 18 jan 2021 (AIP)- Plus de 80 personnes sont mortes en moins de 48 heures et 160 ont été blessées dans des affrontements entre tribus rivales au Darfour, a annoncé dimanche 17 janvier 2021, la mission de paix conjointe de l’ONU (MINUAD) et de l’Union africaine (UA), dans un nouveau bilan, repris par l’Agence de presse Russe Sputnik.

Ces violences sont les plus meurtrières depuis la fin le 31 décembre de la mission de paix présente au Darfour présente dans cette vaste région instable de l’ouest du Soudan, depuis 13 ans.

« Le nombre de morts des événements sanglants qui se sont déroulés à El-Geneina, capitale du Darfour-Ouest, a augmenté depuis samedi matin (…) s’élevant à 83 morts et 160 blessés dont des membres des forces armées», a indiqué dimanche sur Twitter le Comité central des médecins soudanais, proche du mouvement de contestation qui a conduit l’an dernier à la chute du président Omar el-Béchir.

L’agence officielle soudanaise Suna, citant la branche locale du syndicat des médecins, avait rapporté plus tôt un bilan de 48 morts et 97 blessés, et précisé que les affrontements se poursuivaient.

Les heurts ont éclaté entre la tribu Al-Massalit et des nomades arabes après une dispute entre deux individus. Des milices armées de la région favorables aux nomades arabes ont ensuite attaqué El-Geneina et plusieurs maisons ont été incendiées, selon des témoins.

Khartoum a imposé depuis samedi un couvre-feu au Darfour-Ouest et le Premier ministre Abdallah Hamdok y a envoyé une délégation de « haut rang » pour tenter de rétablir l’ordre.

Pour sa part, l’ONU a exprimé sa « profonde préoccupation » quant à ces développements violents.

« Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, demande aux autorités soudanaises de déployer tous les efforts pour parvenir à une désescalade de la situation, mettre un terme aux combats, restaurer l’ordre et la loi et assurer la protection des civils », a indiqué dans un communiqué son porte-parole, Stephane Dujarric.

La branche locale du syndicat des médecins a appelé les autorités à «sécuriser les établissements sanitaires», avertissant que le bilan des blessés risquait vraisemblablement de s’alourdir, selon Suna.

Dimanche 17 janvier, le président du Conseil souverain en charge de piloter la transition politique au Soudan, Abdel Fattah al-Burhane, a réuni en urgence les services de sécurité sur la question.

De son côté, l’Association des professionnels soudanais, l’un des fers de lance du mouvement de contestation, a indiqué que les violences s’étaient étendues aux camps de déplacés internes.

Le gouvernement soudanais de transition -mis en place après la chute de l’autocrate Omar el-Béchir sous la pression d’une contestation populaire- a signé en octobre un accord de paix avec plusieurs groupes rebelles y compris au Darfour.

Après la Minuad, qui a compté jusqu’à 16.000 hommes, l’ONU restera au Soudan via une Mission intégrée des Nations unies pour l’assistance à la transition au Soudan (Minuats).

Cette mission aura pour tâche d’assister le gouvernement de transition, installé en août 2019 et issu d’un accord entre militaires et dirigeants du mouvement de contestation. Elle devra aussi aider à l’application des récents accords de paix dans les régions ravagées par les conflits.

Omar el-Béchir, en prison, et d’autres responsables soudanais sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) pour «crimes contre l’humanité» et «génocide» au Darfour.

Dans la même catégorie