AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Décès du premier ministre : la présidence de la République visite les sites retenus pour les funérailles AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Lutte contre la corruption : La société civile et des médias plaident pour la vulgarisation des actions et missions de la HABG AIP Côté d’ivoire-AIP/Covid-19 : le département de Niakara enregistre deux cas de contamination, les autorités accentuent la lutte AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le mouvement d’action des jeunes de l’AIBEF Daloa renouvelle sa confiance à Kouassi Adjoua Cécile GNA MP for Gomoa Central cut sod for construction of Dahom road GNA Oil Palm Development Association inaugurates Council of Patrons GNA ECG Power Queens supports Koforidua Prisons to fight covid-19 GNA Kasoa NDC calls on the police to apply selective justice GNA Students turnout will reward government – Hohoe NPP Chairman GNA Krachi East MP pays salaries of 223 private school teachers

« DE LA GLACE DANS LA GAZELLE », PROCHAIN ALBUM DE WASIS DIOP EN AVRIL


  12 Février      11        Musique (201),

   

Dakar, 11 fév (APS) – Wasis Diop compte sortir en avril son prochain album intitulé « De la glace dans la gazelle », un disque articulé en français dans un élan panafricanisme pour plus d’ouverture notamment vers les pays francophones d’Afrique, explique le chanteur, compositeur et interprète sénégalais.

« C’est un album qui va sortir au mois d’avril’’, il « est articulé en français pour que justement dans cet élan de panafricanisme, d’ouverture vers les autres, les Maliens, les Ivoiriens, les Guinéens, etc., comprennent ce que je dis », a-t-il déclaré mardi lors d’une conférence de presse à l’Institut français de Dakar.

L’artiste, guitariste et compositeur réputé de musiques de films, justifie sa décision de chanter en français par la nécessité de se faire comprendre des autres, plus que par un partis pris pour la langue de Molière que plusieurs pays africains ont en partage.

« Une langue, c’est un véhicule. Nous sommes dans une population de gens qui articulent une langue ensemble, il faut que l’on en profite en tant qu’artiste, il faut mieux nous comprendre entre nous, c’est pour cela que je l’ai fait, c’est le partage », souligne Wasis Diop.

Il dit ne plus vouloir se limiter à chanter pour le Sénégal. « Si je chante en wolof, je chante pour mon village qui s’appelle le Sénégal, je ne veux plus me limiter à mon pays, j’ai envie que les autres villages me comprennent, j’ai envie d’ouvrir mon espace d’expression », fait-il valoir.

Le français ’’est devenu une langue africaine’’, fait observer le musicien, faisant référence à la célèbre boutade de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara selon laquelle les Africains ont suffisamment payé pour avoir le privilège de s’approprier le français.

Wasis Diop, natif de Dakar où il a grandi, est établi depuis quelques années à l’étranger en France notamment comme « un représentant des cultures sénégalaises » qui s’est imposé par ses compositions appréciées des spécialistes.

« J’ai toujours chanté dans ma langue maternelle et été inspiré par les étoiles, parce que je n’ai jamais été perturbé par la pollution des lumières, les nuits étaient vraiment noires », dit-il à propos de l’univers de son enfance passée entre Colobane, Grand-Dakar, dans la capitale sénégalaise.

Il dit avoir toujours eu le souci, toute sa carrière durant, de traduire en métaphores ses rêves en vue de les partager avec le monde.

Le morceau « De la glace dans la gazelle », par exemple, titre éponyme du prochain album de l’artiste, « est une métaphore sur l’avenir du monde par le dialogue Nord-Sud où l’Afrique est la gazelle et l’Europe la glace », indique Wasis Diop.

« La gazelle, c’est l’Afrique, la chaleur ; la glace, l’Occident. L’un dans l’autre, c’est la voie du milieu, ce que j’appelle le dialogue Nord-Sud, des mots de glace sur des notes de gazelle », ajoute-t-il.

L’album est composé de dix titres, dont « Les champs de mil », « Jean Rouch », « Le maître fou, le père du cinéma africain », mais aussi « Sogolon », la femme buffle et mère de Soudiata Keita, fondateur de l’empire du Mandé.

Dans « Y ’a bon Diop », il chante Djibril Diop Mambéty, pas son frère cinéaste, mais un de ses aïeuls tirailleur sénégalais, qui a laissé une lettre adressée au Maréchal de France chargé du commandement à Verdun, pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), pour demander à être enterré au Sénégal et pas en France.

Dans la même catégorie