APS L’AGENDA VERT AU CŒUR DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET L’UE (AMBASSADRICE) APS MACKY SALL DEMANDE UN RAPPORT NATIONAL SUR LA SITUATION DES MARCHÉS APS NGAPAROU : INAUGURATION D’UNE ZONE ÉCOLOGIQUE COMMUNAUTAIRE ABP « Chacun des béninois peut être riche de son travail et non de l’argent de nous tous » dixit Patrice Talon ABP La ville de Grand-Popo fait sa toilette pour recevoir le chef de l’Etat ABP L’initiative « Bénin commune connect » au cœur d’une séance d’échange à Avrankou ABP Patrice Talon pour une élection présidentielle ouverte à tous ABP L’UNHCR et le CNR appuient le Ceg Vèdoko en matériel anti-Covid AIP Les nouveaux élèves de sixième du Collège Nanan Boa Kouassi III officiellement intégrés AIP Cote d’Ivoire-AIP/12 nouveaux cas de Covid-19 et 10 guéris

Déploiement de nouveaux tests rapides pour diagnostiquer la Covid-19


  23 Octobre      10        Santé (8089),

   

BRAZZAVILLE, 22 OCT (ACI) – L’Organisation mondiale de la Santé (Oms) compte déployer de nouveaux tests rapides à base d’antigènes, afin de détecter le nouveau coronavirus dans la région africaine, rapporte un communiqué de presse de cette organisation onusienne parvenu à l’Aci.

«L’utilisation généralisée des tests rapides de haute qualité en Afrique peut révolutionner la réponse du continent à la Covid-19», a fait savoir la directrice régionale de l’Oms, le Dr Rébecca Matshidiso Moeti, lors d’une conférence de presse virtuelle organisée le 22 octobre par le groupe Apo. Selon elle, les nouveaux tests de diagnostic rapide pour la détection de l’antigène aideront à répondre aux énormes besoins de diagnostic en Afrique.

Ce déploiement a pour but d’augmenter la capacité de dépistage, en vue de marquer un véritable tournant dans la lutte contre la Covid-19 dans le continent. Ces tests rapides basés sur la détection de l’antigène sont un complément aux tests Pcr et non un remplacement de ceux-ci, et l’Oms recommande des tests dont la précision est supérieure à 80%, indique le document.

D’après le Dr Matshidiso Moeti, ces tests sont plus fiables chez les patients qui présentent des symptômes et une charge virale élevée ou une quantité importante de virus dans leurs voies respiratoires supérieures. Ils sont également faciles à utiliser, moins chers que les tests Pcr et fournissent les résultats en 15 à 30 minutes seulement, ce qui permet aux pays de les décentraliser.

Ainsi, l’Oms recommande d’utiliser ces tests rapides dans quatre cas de figure, à savoir dans les foyers suspects où il n’est pas possible d’avoir accès au test Pcr, y compris dans les zones reculées et difficiles d’accès pour déterminer l’étendue d’un foyer où au moins un cas est détecté par Pcr, ainsi que dans des environnements à contact étroit, tels que les prisons, parmi les groupes à haut risque tels que les travailleurs de la santé, et dans les zones où la transmission communautaire est répandue.

La plupart des pays de la Région effectuent des tests d’amplification en chaîne par polymérase ou Pcr, la norme de référence, qui nécessitent des laboratoires, des réactifs et des experts, limitant les tests de Covid-19 principalement aux grandes villes. Le délai d’attente des résultats varie de 48 heures à plus de dix jours, car les résultats sont envoyés à des laboratoires pour vérification.

«La plupart des pays africains se concentrent sur le test des voyageurs, des patients ou des contacts, et nous estimons que plusieurs cas ne sont pas détestés. Grâce au test rapide, les autorités peuvent garder une longueur d’avance sur la Covid-19 en intensifiant la recherche active des cas dans des endroits difficiles, tels que les quartiers urbains surpeuplés et les communautés à l’intérieur des pays», a fait remarquer le Dr Moeti.

Pour préparer le déploiement des tests rapides, l’Oms travaille de concert avec les pays, les partenaires et les experts techniques, en élaborant des modules de formation et en publiant des documents d’orientation clé contenant des informations détaillées sur les situations et les modalités d’utilisation des tests.

Cette conférence de presse virtuelle a connu la participation du directeur général de l’Institut national de santé publique de Guinée, le Pr Abdoulaye Touré, et du chef des services du laboratoire national de santé et du laboratoire central de santé publique de l’Ouganda, le Dr Susan Ndidde Nabadda. (ACI)

Dans la même catégorie