APS GUÉDIAWAYE : L’AMBASSADEUR DU PORTUGAL OFFRE DES KITS SCOLAIRES À DES FILLES AGP CEMAC: Le programme «Les jeunes tisserands de la paix» en gestation dans le Woleu-Ntem AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mine d’or d’Agbaou fait la promotion de l’excellence à l’école AIP Côte d’Ivoire-AIP/Les femmes de Daloa invitées à s’approprier la culture de la paix pour une élection apaisée AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les femmes RHDP de la Bagoué réaffirment leur engagement pour la victoire au premier tour de leur candidat Campagne RHDP Bagoué AGP Gabon/Mekambo : Un exploitant forestier chinois arrêté pour vol de bois puis libéré APS DIX-HUIT NOUVEAUX CAS DE COVID-19, AUCUN CAS IMPORTÉ AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Anne Ouloto bat campagne pour l’union des fils du Cavally AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : la CEI sensibilise la population d’Adzopé sur les modalités du scrutin AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : le développement du numérique et des TIC, l’une des priorités du candidat du RHDP

Des acteurs de lutte contre les VBG renforcent leurs capacités


  17 Septembre      29        Santé (7775),

   

Bongouanou, 17 sept 2020 (AIP)- Des acteurs de lutte contre les violences basées sur le genre (VGB) ont renforcé leurs capacités sur le cadre légal de la lutte contre les VBG, les prises en charge des cas de VBG à l’occasion d’un atelier, ouvert lundi 14 septembre 2020 à Bongouanou.

Cet atelier a été ouvert en présence du secrétaire général 2 de la préfecture de Bongouanou, Bouadou Lucie, représentant le préfet Okoma Jeannette, du directeur régional de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Sekou Traoré, du représentant du Fonds des Nation Unies pour la population (UNFPA) à Bongouanou, Alassane Camara, de présidents d’ONG et de chefs religieux.

Il intègre le projet « Droit à l’éducation inclusive et maintien des filles à l’école », initié et piloté par l’UNFPA et financé par Global Affairs Canada. Il vise à renforcer l’accès des jeunes filles à l’éducation à travers une approche transformatrice en adressant leurs facteurs de vulnérabilité sociable, économique, liée aux inégalités de genre et la non-valorisation de la fille par rapport aux garçons dans la société.

« Il s’agit d’un changement de comportement. Il s’agit de tout mettre en oeuvre pour que les femmes et les enfants ne soient plus victimes de violences » a dit Sékou Traoré.

Plusieurs participants aux travaux ont exprimé leur joie et leur satisfaction au nombre desquels Mme N’zi Pauline, qui a souligné que « la formation devient de plus en plus intéressante. Elle nous apprend beaucoup de choses ».

Dans la même catégorie