MAP Laâyoune et Dakhla, ces nouveaux eldorados diplomatiques AIP Présidentielle 2020: Les populations de Oumé exhortées à rester sourdes à l’appel au boycott du scrutin AIP Les producteurs de la filière anacarde du Tchologo sensibilisés sur la mise en place d’une l’interprofession AIP Plus de 2500 tables-bancs remis aux écoles de la commune de Boundiali GNA Adaklu MP to elevate okada business in next NDC government GNA Klottey Korle youth groups reaffirm support for Zanetor GNA Cocoa farmers urge government to intensify fight against illegal Mining GNA Provide legal education for Assembly Members –Joseph Korto GNA Man arrested for possessing pistol GNA Lolobi is central point for district capital-Adontehene

Des agriculteurs s’engagent pour la reconstitution du couvert forestier dans la région de San-Pedro


  14 Octobre      20        Agriculture (1619),

   

San-Pedro, 14 oct 2020 (AIP)-Des agriculteurs de la sous-préfecture de Gabiadji se sont engagés officiellement, à travers un contrat signé avec l’ONG Impactum, mardi 14 octobre 2020 à San-Pedro, à s’investir dans la reconstitution du couvert forestier par l’agroforesterie, le reboisement et la conservation des forêts naturelles résiduelles.

Les premiers contrats volontaires, d’une durée de trois ans, ont été signés solennellement par les agriculteurs, essentiellement des producteurs de cacao, dans le cadre du Projet de paiements pour services environnementaux (PSE) implémenté dans la sous-préfecture de Gabiadji par le chocolatier américain Mondelèz et son fournisseur de cacao Barry Callebaut avec l’ONG Impactum, depuis décembre 2019.

Les producteurs qui ont souscrit à l’agroforesterie devront planter et/ou assister la régénération naturelle d’au moins 30 arbres par hectare dans leurs plantations de cacao. Ceux qui se sont engagés pour le reboisement sont tenus de planter des arbres sur une superficie (au minimum 0,5 hectare), antérieurement non forestière, avec des associations possibles de cultures vivrières. Dans les deux cas, le choix des arbres est libre, mais il est exigé qu’au moins 10% des essences plantées soient des espèces natives ou non exotiques.

Quant aux souscripteurs à la conservation, ils assureront la conservation des forêts naturelles résiduelles telles que les forêts sacrées et les réserves privées non encore exploitées.

Ils bénéficieront de paiements en espèces ou en nature conditionnés au respect des clauses des contrats du projet qui vise la préservation et la reconstitution de la forêt dans le but d’améliorer la qualité des écosystèmes et de lutter contre le changement climatique. Il s’agit également de produire le cacao avec une gestion rationnelle de la forêt.

Ils ont reçu des formations et les moyens nécessaires tels que les plants d’arbres pour réussir leur mission. L’ONG Impactum chargée de la mise en œuvre du projet assura leur encadrement sur le terrain.

Le coordonnateur du Projet de paiements pour services environnementaux (PSE) pour le compte d’Impactum, Hounkponou Germain, exhorte les paysans à adhérer davantage à ce projet pour permettre aux générations futures d’avoir des terres cultivables et un microclimat favorable à la production du cacao.

Dans la sous-préfecture de Gabiadji un objectif de 600 volontaires en agroforesterie doit être atteint. Le reboisement vise 90 hectares de forêts et la conservation de 30 hectares sur deux ans.

(AIP)

Dans la même catégorie