ACI CONGO: DINGA-DZONDO SOLLICITE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE POUR RELEVER LES DÉFIS LIES AUX CATASTROPHES NATURELLES ANP Mines: Le gouvernement accorde cinq permis de recherche de l’or et des métaux précieux dans le Nord du pays ANP Niger: Les Ecoles normales d’instituteurs changent de statut juridique pour la qualité des enseignements ANP Vers l’installation d’une usine d’affinage d’or à Niamey MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique APS FOUNDIOUGNE: LES POPULATIONS MOBILISÉES CONTRE L’INSALUBRITÉ ET L’ENCOMBREMENT APS UN CLUB CHINOIS PRÊT À « D’IMPORTANTS EFFORTS FINANCIERS’’ POUR MBAYE NIANG APS COCAÏNE SAISIE AU PORT DE DAKAR : UNE ENQUÊTE OUVERTE (DOUANE)

Des centaines de Burkinabè protestent contre le projet « Target-Malaria »


  2 Juin      62        Agriculture (2911), Santé (6880), Science (553),

   

Ouagadougou, 02/06/2018 (MAP) – Plusieurs centaines de Burkinabè ont battu le pavé, samedi à Ouagadougou, pour protester contre « Target-Malaria », projet consistant en la modification génétiquement des moustiques vecteurs de paludisme afin de réduire la transmission de la maladie, appelant à une agriculture saine, écologique et durable.

Selon le collectif citoyen pour l’agro-écologie, le Burkina Faso a importé d’Italie des oeufs des moustiques génétiquement modifiés, placés pendant plusieurs mois dans un laboratoire de l’Institut de Recherche en Science de la Santé dans le but de combattre le paludisme qui fait de nombreuses victimes chaque année, en particulier les enfants, dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Ces moustiques mâles stériles doivent être relâchés, d’ici fin 2018, pour une expérience d’observation dans plusieurs localités, près de Bobo Dioulasso (2è grande ville du pays), dans la région de l’Ouest, estime le collectif.

Quant aux promoteurs de ce projet, la recherche scientifique burkinabè veut innover les méthodes de lutte contre le paludisme, à travers l’adoption de ce nouveau procédé scientifique.

« Target-Malaria », consortium regroupant des experts dans différents domaines issus d’Europe, d’Afrique et des Etats-Unis, ambitionne de réorienter la lutte contre le paludisme, dans la mesure où, relèvent-ils, les méthodes utilisées jusqu’ici ont démontré leurs limites face à la résistance développée par les germes et les agents vecteurs.

Ce projet, ont-ils expliqué, consistera exactement à modifier génétiquement les moustiques afin pallier et réduire sensiblement la cadence de transmission de la maladie, précisant que, sur plus de 600 espèces de moustiques en Afrique, seules trois sont concernées par leurs recherches.

Dans la même catégorie