AIB Finances publiques, drame sur une mine et condamnation de Sarkozy au menu des quotidiens burkinabè AIB Football : Jonathan Pitroipa met un terme à sa carrière APS CORONAVIRUS : PLUS DE 7 MILLIARDS DE FRANCS DÉPENSÉS EN MÉDICAMENTS ET PRODUITS DE PRISE EN CHARGE (PNA) APS CAN U17 : ALASSANE NDOUR ÉVOQUE LA MARGE DE PROGRESSION DES LIONCEAUX GNA Rebecca Foundation donates Hospital equipment to Kaneshie Polyclinic GNA Bad road network, bane of healthcare access at Lanyiri GNA Residents of Sekondi Takoradi express confidence in the vaccine GNA GIS uncovers fraudulent recruitment scam GNA Election Petition: Parties urged to accept verdict GNA Women in Mining appeal to Government for support

DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ONT RENFORCE LEURS CAPACITES A LOME


  12 Février      9        Droits de l'Homme (445),

   

Lomé, 11 fév. (ATOP) – « Violation des droits des défenseurs des droits humains et COVID-19 » est le thème d’une rencontre d’échange qui a réuni une quinzaine de personnes (femmes et hommes) défenseurs des droits de l’Homme le vendredi 5 février à Lomé.
Cette rencontre d’échange est à l’actif de la Coalition togolaise des défenseurs des droits humains (CTDH). Elle s’inscrit dans le cadre de ses séances trimestrielles de renforcement de capacités des Femmes et Hommes Défenseurs des Droits de l’Homme (FDDH/ HDDH) dans la sous-région ouest- africaine.
Les participants venus des différentes institutions œuvrant dans le domaine de la protection des droits de l’Homme ont été édifiés à travers divers modules. Ces modules ont porté, entre autres, sur « Espace civique et la COVID-19 : enjeux et défis des FDDH et HDDH vulnérables » et sur « Les dix principales violations des libertés civiques, ainsi que les enjeux ». 
Le secrétaire général de la CTDH, Bruno Haden a relevé l’importance de cette de ces assises. D’après lui, « l’espace civique se résume à trois éléments essentiels à savoir la liberté d’association ; de réunion pacifique et d’expression. Elle fait également référence aux structures, processus et instruments juridiques, permettant aux citoyens de s’organiser et d’agir au sujet de problèmes qui les concernent. L’espace civique est essentiel pour que la société civile puisse subsister et se développer ».
A en croire M. Haden, les dix principales violations des libertés civiques sont les arrestations et attaques de journalistes ; le harcèlement ; la censure ; l’intimidation ; la dispersion de manifestation. Il a aussi évoqué les lois restrictives ; les traitements inhumains ou dégradants, l’usage excessif de la force  et l’arrestation de défenseurs des droits humains.
A ses dires, la COVID-19 et les réponses des Etats face à cette situation représentent un ensemble de nouvelles difficultés et menaces pour les FDDH et HDDH. « Certains Etats utilisent les restrictions liées à la pandémie comme prétexte pour réduire davantage l’espace civique, pour réprimer les FDDH et HDDH », a dénoncé M. Haden. « Les défenseurs des droits humains sont marginalisés et victimes de discriminations ; ils sont exclus et oubliés des réponses à la pandémie », a-t-il également déploré

Dans la même catégorie