APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

Des entreprises marocaines en prospection du secteur TIC au Kenya


Rabat, 08 juin 2015 (MAP) – Quelque 15 entreprises marocaines relevant du secteur des Technologies de l’Information et de la Communication participent à une mission BtoB organisée par Maroc Export en collaboration avec l’Association Marocaine des Sociétés Technologiques- ASTEC, à Nairobi, du 07 au 12 Juin 2015.

Les entreprises marocaines peuvent se positionner sur le haut de gamme et profiter de la présence de relais locaux disposant d’un réseau important tels l’Ambassade du Maroc au Kenya et la BMCE (à travers sa filiale Bank Of Africa Kenya), indique un communiqué de Maroc export.

Suite à la caravane de 2013 et à l’étude de prospection terrain, les acteurs kenyans rencontrés ont émis le souhait d’intensifier dans les plus brefs délais les relations avec les entreprises marocaines et concrétiser les opportunités identifiées, précise le communiqué, ajoutant que les Kenyans sont prédisposés à importer les produits marocains.

Concernant le secteur des TIC, le gouvernement Kenyan, a mis en place à partir des années 90, des réformes structurelles afin d’accélérer le développement des TIC, en libéralisant le marché, ce qui a fait du pays un centre africain dans le secteur des TIC.

L’importance des TIC dans le gouvernement ainsi que l’utilisation internet B2B et B2C témoignent du niveau de développement important du secteur par rapport au reste des pays africains. Cependant, les abonnements internet Haut débit et les abonnements de téléphones mobiles justifient d’un besoin persistant de continuer à investir dans le secteur.

Toutefois le marché kenyan est très concurrentiel avec une forte présence de l’Inde et de la Chine, les barrières douanières sont désavantageuses pour les pays n’appartenant pas à l’EAC et au COMESA.

Les barrières tarifaires sont relativement contraignantes (droits de douane de 25 pc en moyenne) pour les entreprises marocaines à cause de l’absence d’accords commerciaux entre les deux pays, l’absence de lignes aériennes directes entre Casablanca et Nairobi et le marché informel qui est assez développé.

La population kenyane a cru de manière continue depuis plus d’une décennie, en 2030, elle devrait atteindre 70 millions d’habitants. La population kenyane peut être qualifiée de très jeune, puisque plus de 60 pc de sa population à moins de 25 ans.

De par son rôle de Hub au niveau de l’Afrique de l’Est, plus de 80 pc de ses importations sont constituées de biens et d’1/3 de ses importations provient des Emirats Arabes Unis, de l’Inde et de la Chine et plus d’1/4 des exportations kenyanes de biens sont destinées vers les pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

L’industrie manufacturière représente 93 pc des importations en valeur en 2013, les services de Transport et stockage sont les services les plus importés au Kenya, passant de 36 pc à 54 pc de la valeur totale des imports de services entre 2003 et 2013.

Le Kenya est un membre actif de la communauté de l’Afrique de l’Est ainsi que du Marché commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique Australe.

Par ailleurs, le pays est engagé dans la libéralisation des échanges à travers son adhésion à l’OMC, au COMESA (Marché Commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique Australe) et à l’EAC. Quant aux IDE, ils sont en pleine évolution, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, la Chine et l’Afrique du Sud sont les principaux investisseurs du pays.

Dans un objectif de facilitation des échanges commerciaux, le Kenya s’est engagé dans un processus de simplification de ses procédures douanières à l’import, tout en assurant un contrôle accru des produits importés.

En ce qui concerne les circuits de distribution, l’exportateur peut choisir d’employer les services d’un agent local distributeur ou de créer un bureau de représentation sur le territoire afin de distribuer ses produits dans le pays, il est aussi possible de vendre directement via des grossistes déjà établis sur le territoire qui jouent ainsi un rôle majeur dans la distribution des marchandises, ou de s’adresser directement à des organisations locales.

MM—COM.
LC.

Dans la même catégorie