APS VERS LA MISE EN PLACE D’UN CENTRE AÉRÉ ET D’UN HÔPITAL DE L’UMEFP APS SRAJ : LE SÉNÉGAL VEUT S’APPUYER SUR « L’ENCADREMENT » ET LA « BONNE APS LE PAIS PRÉSENTÉ AU COURS D’UN CDD À NIORO ACP Ministère du Budget : deux grandes performances à l’actif de Pierre Kangudia ACP Deux millions des tonnes des frets par an attendues du trafic entre le pont Kinshasa-Brazzaville d’ici à 2025 ACP L’ouvrage « Plaidoyer pour la bonne gouvernance et le développement » porté sur les fonts baptismaux APS KAOLACK : DES PROJETS POUR 144 MILLIARDS DE FCFA ENTRE 2012 ET 2018 APS PÊCHE ARTISANALE : UNE ACADÉMIE POUR RENFORCER LES RELATIONS AVEC LE MONDE DE LA RECHERCHE APS SITUATION ALIMENTAIRE : AUCUN DÉPARTEMENT N’EST EN PHASE DE CRISE, SELON LE SE/CNSA ACP Déploiement des Kits électoraux de la CENI au Kwango et au Kwilu

Maroc: Des experts africains et étrangers débattent à Ifrane des systèmes fiscaux en Afrique


  10 Septembre      44        Economie (21002), Photos (19781),

   

Rabat, 10/09/2018 (MAP) – Des experts africains et étrangers sont en conclave, à Ifrane, pour débattre des moyens de renforcer les systèmes fiscaux en Afrique et de l’impact de l’environnement socio-politique sur l’accroissement des recettes fiscales.

Réunis dans le cadre du 4-ème congrès annuel du Réseau de Recherche Fiscale Africain (ATRN) sous le thème « le rôle de l’environnement social et politique dans le renforcement des systèmes fiscaux en Afrique: solutions pour la perception des impôts », ces experts examineront, trois jours durant, les différents aspects liés aux questions de fiscalité africaine dans la perspective d’élaborer une approche concertée pour relever les nouveaux défis en la matière.

Dans une allocutions lue en son nom à l’ouverture des travaux de ce congrès, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaâboun a indiqué que la problématique de renforcement des systèmes fiscaux en Afrique peut être appréhendée sous plusieurs angles, notamment celui en lien avec le rôle primordial que joue l’environnement social et politique dans l’accroissement des recettes fiscales.

L’amélioration de la performance fiscale constitue l’un des défis de développement pour les pays africains, a souligné M. Benchaâboun, ajoutant que la performance fiscale dépend, outre l’activité économique, d’autres facteurs difficilement quantifiables dont les exemptions fiscales, les dépenses fiscales, l’évasion fiscale et la bonne gouvernance.

Conscient que tous ces facteurs impactent la performance fiscale, le Maroc s’est attelé durant ces dernières années à optimiser l’exploitation de son potentiel fiscal réel, à travers des mesures législatives et des actions opérationnelles, a poursuivi le ministre, énumérant les différentes actions entreprises par le Royaume pour la maîtrise des dépenses fiscales et la lutte contre les flux financiers illicites.

M. Benchaâboun est revenu, également, sur les efforts du Royaume en ce qui concerne la dématérialisation des actes de déclaration et le paiement de l’impôt, la lutte contre l’informel ainsi qu’en matière d’échange de renseignements.

Le Directeur général des impôts, Omar Faraj qui a mis l’accent sur la pertinence du thème de ce congrès, au vu des mutations dictées aux États à l’ère de la mondialisation, a invité les pays africains à se préparer et à unir leurs efforts pour gérer ces changements et intégrer les nouvelles règles en la matière, ajoutant que ce congrès est l’occasion de partager les expériences entre les pays du continent pour renforcer leurs systèmes fiscaux.
« Il ne faut pas que les Africains subissent passivement les effets de ces bouleversements », a-t-il averti, en recommandant l’élaboration de réponses concertées et la mise en place d’une « doctrine africaine commune » en la matière.

De son côté, le secrétaire exécutif de l’ATRN, Logan Wort s’est félicité de la tenue au Maroc du 4-ème congrès de ce réseau africain dédié à la recherche en fiscalité et qui sera l’occasion, selon lui, de débattre des défis et des opportunités de dépenses fiscales au niveau de l’Afrique d’autant plus que les mesures incitatives dans le domaine prennent de plus en plus de terrain dans le agendas fiscaux et stratégiques.

Cette rencontre examinera « l’un des plus importants défis auxquels est confrontée l’Afrique à savoir la mise en place d’un système fiscal efficace susceptible de contribuer à la mobilisation des ressources intérieures », a dit M. Logan, soulignant le rôle majeur joué par le Maroc dans la création et la mise en place de l’ATRN.

« Nous sommes convaincus que le Maroc doit reprendre sa place au sein de l’ATRN et nous lui souhaitons la bienvenue », a-t-il souligné.

Rappelant que le Maroc est l’un des pays fondateurs de ce réseau exclusivement africain, la directrice de recherche au sein de l’ATRN, Nara Monkam s’est félicitée, dans une déclaration à la MAP, du retour « formel » du Maroc au sein de cette organisation à travers l’accueil des travaux de son 4-ème congrès.

Plusieurs thèmes sont retenus lors de cette rencontre dont « défis politiques et opportunités pour les dépenses fiscales en Afrique », « Évaluation des dépenses fiscales: expériences des pays d’Afrique subsaharienne » et « perspectives de la politique fiscale des pays ».

Initié en coordination avec la Direction Générale des Impôts, ce congrès (10-12 septembre) constitue l’occasion pour les chercheurs en fiscalité de présenter leurs travaux devant un auditoire d’instances décisionnelles issues de ministères des finances, d’administrations fiscales et d’organisations de la société civile.

Cette rencontre constitue également une opportunité pour les universitaires, les chercheurs, les administrateurs fiscaux, les étudiants, les fiscalistes, les consultants et les décideurs politiques d’échanger sur différents aspects liés aux questions de fiscalité sur les plans régional, national et international.

L’ATRN est une plateforme exclusivement africaine qui a pour objectif de faciliter le développement des capacités du continent en matière de recherche sur les politiques, l’administration, la législation et le leadership dans le domaine de la fiscalité.

Le Réseau, projet du Forum sur l’administration fiscale africaine (ATAF), a été créé suite à la « Conférence Internationale sur la fiscalité, l’édification de la nation et le développement des capacités en Afrique », tenue en 2008 à Pretoria en Afrique du Sud, en 2008. La conférence avait regroupé les commissaires, les administrateurs fiscaux principaux et les décideurs politiques de 28 pays africains.

Dans la même catégorie