MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique) ANP Atelier de restitution des résultats du diagnostic participatif auprès des services techniques et partenaires AGP La BDEAC réaffirme sa volonté d’accompagner le Gabon AGP Guinée-CEDEAO : Conclave sur la mise en place d’un système de certification de personnes AGP Guinée-Agro-industrie : « Si les FAPA étaient maintenues, la Guinée serait auto suffisante aujourd’hui », dixit Pr Alpha Condé APS LES ACTEURS POLITIQUES DANS L’OBLIGATION DE DISCUTER DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES (DIOUF SARR) APS LA COMMUNE DE SANDIARA, UN BON ÉLÈVE DE « MARKETING TERRITORIAL », SELON OUMAR GUÈYE APS PACASEN : UNE ALLOCATION DE 149 MILLIONS CFA PRÉVUES POUR LES SIX COMMUNES BÉNÉFICIAIRES DE FATICK AGP Assassinat-Rouen/ Le Président Alpha Condé adresse ses condoléances à la famille Barry et au Peuple de Guinée suite à l’assassinat du docteur Mamoudou Barry AGP Kaloum-Inondations : Des sociétés sur l’occupation des canaux d’évacuation des eaux

Des experts africains et internationaux soulignent à Marrakech l’importance de l’ingénierie africaine en tant que mécanisme de promotion du développement durable dans le continent


  12 Mai      63        Développement durable (3823), Economie (24440),

   

Rabat , 12/05/2017 (MAP), Des experts africains et internationaux ont souligné jeudi, à Marrakech, l’importance de l’ingénierie africaine en tant que mécanisme de promotion du développement durable et de la réussite du processus de transformation que connait le continent noir.

Les intervenants dans le cadre de la 2è édition du Symposium d’ingénierie pour l’Afrique (ESA 2017) organisée par Jacobs Engineering  S.A sous le thème « l’ingénierie au service de la prospérité en Afrique », ont relevé que le déficit dans le bâtiment, l’infrastructure et l’industrie nécessite de fortes capacités en ingénierie et en gestion de projets, qui encouragent l’innovation et le développement durable et respectent les standards de sécurité.

Selon Abdelaziz El Mallah, directeur général de Jacobs Engineering  S.A, l’instauration d’une ingénierie forte requiert l’unification des énergies et des capacités disponibles dans le continent africain et de travailler main dans la main pour le développement et la prospérité de l’Afrique.

Dans ce contexte, il a souligné qu’ »il est important de rassembler les secteurs public et privé et de créer un espace pour les débats et échanges qui vont dans le sens d’une approche Sud-Sud », notant que le Royaume du Maroc, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, a entrepris de nombreuses initiatives visant à réaliser la prospérité de l’Afrique.

« Avec une croissance démographique très rapide et une urbanisation montante, l’Afrique est un continent où des investissements de plusieurs milliards de dollars sont nécessaires pour combler le déficit en infrastructures et bâtiment et dans les domaines de l’eau, le transport et les télécommunications », a-t-il ajouté, relevant que l’Afrique possède un potentiel minier très important qui permet à l’industrie de jouer le rôle d’un véritable levier pour la croissance économique.

L’ancienne ministre des mines au Nigéria, et co-fondatrice de l’ONG Transparency International, Obiageli Ezekwesili, a souligné pour sa part, qu’il est temps pour l’Afrique pour affirmer son leadership au niveau international notamment avec les potentialités énormes que permettent les nouvelles technologies de communication.

Elle a par ailleurs, indiqué que les Etats et les gouvernements sont appelés à instaurer un climat propice au lancement des initiatives visant la réalisation de l’essor du continent, appelant à développer l’infrastructure des Etats africains pour promouvoir le commerce et créer des entreprises capables de contribuer dans le développement et la croissance de l’économie locale.

Dans ce contexte, la responsable nigériane a relevé que le grand défi reste la construction d’un partenariat entre l’Etat et le secteur privé pour permettre à ce dernier de jouer son rôle et de combler le déficit dans le domaine des infrastructures en Afrique.

La représentante résidente de la Banque Africaine de développement (BAD), Yacine Fall, a noté que l’Afrique connait des mutations profondes où la femme joue un rôle central, ce qui impose d’adopter une nouvelle approche de développement qui prend en considération cette nouvelle donne, ainsi que de réfléchir à adopter des modèles de planification à long terme.

Mme Fall a fait remarquer que le financement reste le plus grand défi devant l’essor des Petites et moyennes entreprises (PME) dans le continent en plus de l’évaluation des risques.

ESA est devenue un évènement incontournable d’ingénierie de haut niveau rassemblant des acteurs publics et privés parmi les plus influents en Afrique.

Le Symposium est un espace de réflexion et d’échange favorisant une approche Sud-Sud sur la transformation du continent pour un développement durable.

Le but du symposium est de créer une plateforme pour des discussions ouvertes et informelles qui mettront en valeur la transformation du continent où l’ingénierie africaine est un instrument saillant du développement durable.

Ce rendez-vous biennal, qui connait la participation de plus de 300 personnes provenant de plus de 30 pays africains, mettra à l’honneur des experts de haut niveau dans le domaine de la construction et l’infrastructure, l’exploitation minière, l’urbanisme, le pétrole et le gaz, les finances, l’ingénierie, l’énergie, l’environnement, la technologie et l’innovation.

En outre, cette deuxième édition comprendra un panel innovant où les voix de dix jeunes professionnels africains auront l’occasion de partager leur vision du développement du continent africain dans le cadre du programme « Visionnaire Leaders ».

Dans la même catégorie