AIP Zohoré Lassane élu président du GEPCI AIP Le secteur minier ivoirien est en pleine expansion (Responsable) AIP Inter/ En 2020, l’exploitation de l’or a rapporté près de 2000 milliards FCFA au Burkina Faso (Ministre) AIP Mise en place d’un comité de pilotage du projet de construction d’un commissariat à Bonoua AIP Le préfet Beudjé annonce aux populations, son départ de Bouaflé AIP Inter/ Présidentielle en Ouganda : Yoweri Museveni déclaré vainqueur par la Commission électorale ABP Gouvernance : La quasi-totalité des béninois aura accès à l’eau potable, rassure Patrice Talon ABP Agriculture : Séance d’explication du mécanisme de soutien du FNDA aux producteurs de l’Alibori ABP Education : La 3ème édition de la rentrée solennelle des Masters professionnels de l’année 2021 de la faculté de droit de l’Université de Parakou lancée ABP Gouvernance / Patrice Talon annonce sa candidature pour l’élection présidentielle de 2021

Des leaders communautaires et religieux s’engagent à lutter contre les violences basées sur le genre à Bondoukou


  24 Décembre      30        Société (27356),

   

Bondoukou, 24 déc 2020 (AIP) – Plusieurs leaders de communautés et des chefs religieux se sont s’engagés mercredi 23 décembre 2020 à lutter contre les violences basées sur le genre (VBG) et l’impunité, au terme d’un séminaire deux jours à Bondoukou (Nord-est, région du Gontougo).

Leur porte-parole, Mme Ouattara Moudjiratou, a déclaré que ces leaders prennent l’engagement de mobiliser et sensibiliser les communautés pour soutenir les actions du Gouvernement et les institutions internationales dans la lutte contre les VBG, les mariages précoces, les viols et les mutilations génitales féminines.

Ils ont également décidé de faire la promotion de la procréation responsable ainsi que l’éducation inclusive et le maintien des filles à l’école. Les leaders de communautés et les chefs religieux ont invité leurs pairs à refuser, à cet effet, de célébrer les mariages d’enfants et autres pratiques qui dévalorisent la femme, la famille et la communauté.

« Nous appelons nos pairs à abandonner toutes ces attitudes et pratiques cautionnant et protégeant les auteurs des mariages précoces, de viols, les mutilations génitales féminines ainsi que les autres actes de violences basées sur le genre », a lancé Mme Ouattara Moudjiratou en présence des autorités administratives.

Ce séminaire, destiné également aux acteurs de la plate-forme VBG de Bondoukou, est financé par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), à travers la structure Affaires mondiales du Canada. Il vise à susciter l’engagement des leaders communautaires et religieux en vue de redynamiser le système de réponse contre les VBG.

Selon le système national de collecte de données VBG 2018, ce sont 2 618 cas rapportés et pris en charge, dont 735 cas de violences sexuelles et 517 cas perpétrés sur des enfants de moins de 18 ans.

(AIP)

Dans la même catégorie