AGP Gabon/Agriculture: Les ministres de la CEEAC en conclave à Libreville AGP Gabon/Education: La CONASYSED réclame les travaux du dialogue social AGP Gabon: Les centrales syndicales des agents publics lancent un mouvement d’humeur MAP Côte d’Ivoire/présidentielle : un mort et des blessés dans des affrontements MAP Hausse de 51% des engagements de la BAD en faveur des Etats fragiles sur 2014-2019 MAP Gabon : découverte des plus hautes mangroves du monde atteignant 60 mètres ANP Lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao : Concrétisation d’un projet longtemps attendu ! APS LES CHANTIERS DE L’OMVG RÉALISÉS À 95 % À KAOLACK (SG) APS MATAR BÂ PARTICIPE À UN SOMMET INTERNATIONAL SUR LA LUTTE CONTRE LE DOPAGE GNA UN 75th Anniversary: Time for sober reflection

DES LEADERS DES VILLAGES DE AIMES-AFRIQUE EN ATELIER DE FORMATION


  23 Septembre      7        Education (3671),

   

Kpalimé, 23 sept. (ATOP) – Trente leaders et acteurs de cinq villages sur les dix villages de AIMES-Afrique engagés dans le processus de production et de transformation des produits locaux, prennent part, du 21 et 24 septembre à Kpalimé, à un atelier de renforcement de capacités en formalisation, gestion des coopératives agricoles et des aptitudes professionnelles favorables à la culture entrepreneuriale de leurs localités respectives. Il s’agit des villages Dzégbakondji, Tchifama, Illico, Kouma Apoti, Djakplémé dans les régions Maritime, des Plateaux et Centrale,
Cet atelier de formation dont le thème est « Fonctionnement des coopératives agricoles dans les 10 villages de Aimes-Afrique » est initié par l’Association Internationale des Médecins pour la Promotion de l’Education et la Santé en Afrique (Aimes-Afrique) avec l’appui technique du ministère de l’Agriculture, de la Production animale et Halieutique et financier de la Fondation Hanns Seidel. L’objectif est d’accompagner les groupes de producteurs de ces 10 villages à optimiser leur fonctionnement et à s’insérer dans les mécanismes de financement pour l’amélioration des conditions de vie des acteurs.
Les participants seront outillés sur les mécanismes de formalisation (constitution, immatriculation) et de gestion d’une société coopérative au Togo. Ils seront initiés sur les mécanismes nouveaux de financement du monde rural ; les nouveaux enjeux du monde agricole et les exigences de la compétitivité mondiale pour intensifier davantage la culture entrepreneuriale dans les communautés en cause.
Le secrétaire général de la préfecture de Kloto, Sogoyou Békéyi a salué cette initiative de l’ONG AIMES-Afrique qui s’inscrit dans la politique du gouvernement et invite tous les agriculteurs à se constituer en des entités reconnues et légales en chaînes de valeurs pour bénéficier des subventions afin de lutter contre la précarité dans le monde rural et engranger des grandes productions pour la suffisance alimentaire et les exportations.
« Fort de l’expérience acquise avec les groupes de producteurs constitués dans les villages de AIMES-Afrique, il semble judicieux de formaliser ces groupes déjà opérationnels en sociétés coopératives du fait du caractère économique de leurs objectifs et les intégrer dans le dispositif de financement du gouvernement pour la pérennité de leurs activités », a-t-il souligné. Il a salué cette formation à l’endroit des acteurs de ces villages déjà engagées dans le processus de production et de transformation des produits locaux afin de contribuer à la constitution, à l’immatriculation et au bon fonctionnement des sociétés coopératives,
M. Sogoyou a demandé aux participants de créer les conditions favorables pour tirer beaucoup de richesses de la terre. Pour ce faire, ils doivent être accompagnés, techniquement et financièrement. « L’Etat le fait déjà et c’est ce qui est en train d’être fait par l’ONG AIMES Afrique qui veut vous encadrer, parce qu’en toute chose, il faut de la connaissance, vous devez donc être formés. Et en respectant les techniques qu’on mettra à votre disposition, vous réussirez dans votre entrepreneuriat agricole. Il y a des techniques pour réussir, mais il faut créer des conditions favorables pour pouvoir tirer suffisamment des richesses de la terre » a conclu le secrétaire général de la préfecture.
Pour le responsable des Ressources humaines et administratives de AIMES-Afrique, Dogboevi Yawo Atitso, cette rencontre n’est que la suite logique d’un programme de développement communautaire entamé depuis 2014 avec les dix villages pilote au Togo. « Notre engagement depuis 2005 reste ferme et sans ambages. L’épanouissement de tout être humain en Afrique et l’amélioration significative des conditions de vie et de travail des paysans et autres personnes vivant en zone rural est notre leitmotiv », a précisé M. Dogboevi qui a rappelé les actions que l’ONG a menées dans ces villages depuis 2014 dont la modernisation des activités agricoles pour une meilleure productivité. Il a exhorté les bénéficiaires à participer activement à cette formation et à maitriser l’essentiel des enseignements pour une restitution à toutes les populations de leurs villages pour la formation des coopératives agricoles. Il leur a promis l’accompagnement technique, ensemble avec le ministère de l’Agriculture et de la Production Animale et Halieutique pour la formalisation et la gestion de ces coopératives agricoles. « Nous y tenons fermement car vous êtes les premiers bénéficiaires des retombées économiques de ces coopératives et cela contribuera à votre épanouissement. Votre maitrise des acquis de cette formation et votre engagement sur le terrain dans les phases de constitution, de production et de commercialisation donneront des résultats tangibles sans doute », a-t-il indiqué.
Le maire de Kloto 3, Amuaku Mawuli a souligné que la commune étant une zone à forte production agricole, il est normal que la population puisse être incitée à s’associer en coopérative. Selon lui, en voulant évoluer individuellement, il est fort probable que l’on ne puisse pas atteindre une production à grande échelle pouvant ôter la pauvreté qui sévit dans le milieu.

Dans la même catégorie