Côte d’Ivoire : Lutte contre la corruption de la CEDEAO : Un projet de loi adopté Côte d’Ivoire : Au total 42 millions FCFA du gouvernement à 210 femmes du Denguélé pour leur autonomisation AIP : La Côte d’Ivoire va être à l’origine d’une initiative mondiale à la COP 15 (Ministre) Côte d’Ivoire-AIP : Koffi N’guessan vise un enseignement technique et professionnel développé et dynamique RDC : Remise à Lubumbashi des brevets de formation en système LMD à l’université de spécialisation en sciences criminologues RDC – Kasaï Central : l’écrivain Mushikile Beya s’en tient à l’actualité sociale dans ses œuvres Equateur : Congrès national congolais s’apprête d’accueillir le chef de l’Etat à la prochaine conférence des gouverneurs prévue à Mbandaka RDC / Sud-Kivu : lancement officiel du projet d’électrification des 24 villages du territoire de Fizi Equateur : conférence débat en faveur des femmes leaders RDC : La femme doit prendre conscience qu’elle peut faire le jeu politique en 2023, soutient la LINELIT

Des millions de personnes mourront à cause du Sida si on ne s’attaque pas aux inégalités (ONUSIDA)


  30 Novembre      20        Santé (12447),

   

Abidjan, 30 nov 2021 (AIP) – Si les dirigeants ne parviennent pas à lutter contre les inégalités, le monde pourrait enregistrer 7,7 millions de décès dus au Sida au cours des 10 prochaines années, a averti lundi 29 novembre 2021, l’ONUSIDA.

L’agence onusienne avertit également qu’en cas d’absence de mesures nécessaires pour mettre fin au Sida, l’humanité restera également engluée dans la crise de la COVID-19 et sera mal préparée pour faire face aux futures pandémies, rapporte ONU Info. « Il s’agit d’un appel à l’action de toute urgence », a déclaré la Directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima.

« Les avancées contre la pandémie de Sida, qui accusaient déjà un retard, sont confrontées aujourd’hui à des difficultés encore plus grandes alors que la crise de la COVID-19 continue de faire des ravages, perturbant entre autres les services de prévention et de traitement du VIH, la scolarisation et les programmes de prévention de la violence. Nous ne pouvons en aucun cas être placés devant le choix entre mettre fin à la pandémie de sida d’aujourd’hui et se préparer aux pandémies de demain. Il n’y a pas d’autre choix que d’atteindre ces deux objectifs. À l’heure actuelle, nous sommes bien partis pour les rater tous les deux », a-t-elle ajouté.

L’estimation de 7,7 millions de décès liés au Sida entre 2021 et 2030 correspond aux prévisions des modèles de l’ONUSIDA si la couverture des services anti-VIH reste au niveau de 2019. Si la Stratégie mondiale contre le Sida 2021–2026 sont atteints, l’ONUSIDA estime qu’au moins 4,6 millions de ces décès peuvent être évités au cours de la décennie.

Cette mise en garde est présentée dans un nouveau rapport de l’ONUSIDA publié en amont de la Journée mondiale de lutte contre le Sida (1er décembre) et intitulé « Unequal, unprepared, under threat: why bold action against inequalities is needed to end AIDS, stop COVID-19 and prepare for future pandemics (Inégaux, pas préparés, menacés : pourquoi une action audacieuse contre les inégalités est nécessaire pour mettre fin au sida, arrêter la Covid-19 et se préparer aux futures pandémies) ».

Avec 1,5 million de nouvelles infections au VIH en 2020 et des chiffres en augmentation dans certains pays, les nouvelles contaminations ne reculent pas assez vite dans le monde pour mettre fin à la pandémie. Les infections puisent également dans les inégalités. Six nouvelles infections au VIH sur sept chez les adolescents en Afrique subsaharienne touchent une adolescente. Dans le monde, les gays et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les travailleur-ses du sexe et les toxicomanes ont 25 à 35 fois plus de risques de contracter le VIH.

« Il est toujours possible de mettre fin à l’épidémie d’ici 2030 », a affirmé le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans son message pour la Journée mondiale de lutte contre le sida. « Mais cela nécessitera d’intensifier les efforts et la solidarité. Pour vaincre le sida et renforcer la résilience face aux futures pandémies, nous avons besoin d’une action collective ».

Ce nouveau rapport de l’ONUSIDA examine cinq éléments essentiels du plan adopté par les États membres lors de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH/sida. Ces aspects fondamentaux doivent être mis en œuvre de toute urgence pour mettre fin à la pandémie de sida, mais ils manquent de financement et de priorisation pour la prévention, la préparation et la riposte à la pandémie.

Cette année marque les 40 ans du signalement des premiers cas de Sida. D’énormes progrès, en particulier dans la démocratisation de l’accès au traitement, ont été accomplis depuis le moment où les investissements ont été à l’hauteur des ambitions. En juin 2021, 28,2 millions de personnes avaient accès au traitement anti-VIH, contre 7,8 millions en 2010, bien que les progrès aient considérablement ralenti.

Dans la même catégorie