GNA HUAWEI introduces huge storage, stellar audio setup Y6s smartphone GNA NPP’s number one position is a step forward- Veep GNA ARB Apex Bank opens branch in Koforidua ANP Dr Abdallah Souleymane candidat investi par le parti ‘’Niger en Avant’’ candidat aux élections présidentielles 2020-2021. ANP Fin à Zinder de l’atelier de sensibilisation des Médias sur la participation politique des femmes ANGOP Covid-19: Angola regista 197 novas infecções GNA Eastern Regional NABCO trainees celebrate two years of working GNA I wish you die in prison-Judge to convict who defiled his two-year-old granddaughter GNA Cocoa Management System is an innovation for smooth implementation of Cocoa Farmers’ Pension Scheme -Veep AIP Côte d’Ivoire: COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE

DES OPFA SONT EN FORMATION SUR LE SUJET A ATAKPAME


  24 Septembre      9        Agriculture (1616),

   

Atakpamé, le 24 sept. (ATOP) – Une cinquantaine de producteurs forestiers et agricoles émanant d’une dizaine d’Organisations des producteurs forestiers et agricoles (OPFA) prennent part, du 23 au 25 septembre à Atakpamé, à un atelier de validation de leurs plans stratégiques de marketing et de formation sur le marketing et image de marque des produits agricoles.
Cette activité entre dans la mise en œuvre du projet « Mécanisme Forêts et Paysans (FFF) » piloté par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). Elle est initiée par « Chocotogo » avec l’appui financier de la FAO, GIZ et d’autres partenaires du Mécanisme. L’objectif est de renforcer les capacités des OPFA en valorisation et transformation du café cacao et de contribuer à la promotion et l’accès au marché des produits des OPFA bénéficiaires du FFF. Il est également question de créer des paysages résilients face aux changements climatiques et d’améliorer les moyens d’existence des OPFA comme acteurs clés du changement.

Au cours des travaux, les producteurs vont valider leurs plans stratégiques et partager des expériences en ce qui concerne le packaging, le système d’emballage et le processus de certification. Grâce à ces plans stratégiques, les producteurs seront dotés d’outils nécessaires pour améliorer la qualité et la visibilité de leurs produits pour la vente. Ces plans, une fois validés seront des documents très importants qui montreront la voie aux OPFA bénéficiaires de promouvoir leurs produits, avoir de meilleurs parts de marchés et ainsi venir à bout de leurs difficultés de commercialisation actuelles. La formation va permettre aux producteurs et transformateurs intervenants, entre autres, dans les filières Manioc, Café Cacao, Arachide, Karité, Miel, Néré, Palmiers à huile, Céréales et Savons d’améliorer leurs connaissances sur le marketing et l’image de marque (visibilité/publicité) et sur la créativité.
Une exposition vente et une mini-foire pour la promotion des produits des différents OPFA sont aussi au programme de ces assises.

Ces organisations des producteurs sont encadrées par des faitières ou associations des organisations des producteurs au niveau régional à diverses chaines de valeurs. La restauration des paysages fait partie intégrante de leurs pratiques. Après la formation, un suivi sera fait pour voir les changements apportés en matière de qualité et de revenus afin de les évaluer par rapport à leurs situations de référence.

En ouvrant les travaux de la rencontre, le secrétaire général de la préfecture de l’Ogou, Kondo Bitho a rappelé que cet atelier contribue à l’atteinte des objectifs du Mécanisme Forêts et Paysans au Togo et du Plan National de Développement (PND) 2018-2022 en son axe 2 qui se veut de mobiliser tous les acteurs y compris les OPFA, autour du développement des chaînes de valeurs agricoles.

Selon M. Issifou Aboudoumisamilou, facilitateur national du Mécanisme Forêts et Paysans (FFF), la formation va améliorer les revenus des producteurs à travers la transformation des différentes chaînes de valeurs et également contribuer à la restauration des paysages forestiers en intégrant l’arbre aux spéculations agricoles. « La clé de voûte aux niveaux des producteurs, c’est le maillon de la commercialisation, il sera question de leur apprendre comment chercher les marchés sur le plan et international », a-t-il souligné. Pour conclure, M. Issifou atteste qu’« il ne sert à rien de produire, transformer mais il faut aussi s’assurer de la chaîne de commercialisation ».
Les coopératives présentes à la formation sont Souroutawi, Essowavakou, Albarka, Akidjetan, Noviva, Elavagnon, Agbénoxevi, Bethel, Etsonenyo, Agblenyo, CTOP.

Dans la même catégorie