APS FAN ZONE DE LA PROMENADE DES THIESSOIS : SOUS LES RAFALES D’AIR FRAIS, DES SUPPORTERS POUSSENT L’ÉQUIPE À LA VICTOIRE APS SENEGAL/DAGANA: 30.000 PERSONNES ONT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS À L’EAU POTABLE APS KALIDOU KOULIBALY :  »NOUS AVONS MONTRÉ DU BEAU JEU » MAP L’intégration régionale en Afrique reste « faible », selon l’IIRA MAP Plus d’un milliard USD de projets à financer au 7è Africa CEO Forum (organisateurs) LINA ALJA Urges Pres. Trump To Extend DED For Liberians In US ACP Bakambu envoie la RDC à la phase finale de la CAN 2019 ACP La stratégie « Mettre fin à la Tuberculose d’ici 2030 » reste la seule arme de la RDC contre cette maladie LINA New ‘Timing’ Reform Agreed At Freeport To Break Trade Barriers ACP Le Président Félix Tshisekedi encourage les Léopards

Des pistes de solution au redémarrage du réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa


  25 Septembre      62        Innovation (317), Politique (22297),

   

Kinshasa,25/09(ACP). – L’assistant Jérémie Muswema Lunguya de l’Université de Kinshasa donne des pistes de solution pour le redémarrage du réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa, à l’arrêt depuis 2004, dans sa thèse de doctorat soutenue vendredi et au terme de laquelle il a été proclamé docteur en sciences, avec la mention « la plus grande distinction ».

Dans cette thèse intitulée « Étude par modélisation de la dispersion atmosphérique des radioéléments générés par le réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa lors d’un accident hypothétique », Muswema Lunguya
note que depuis des années, les populations de Brazzaville et de Kinshasa vivent dans une grande psychose, à l’idée de ce que pourrait devenir leur environnement en cas d’accident grave de ce réacteur installé à l’UNIKIN.
Il évalue, après analyse dans deux scénarios possibles, les conséquences radiologiques d’un éventuel accident du réacteur Triga Mark II, dont les différents éléments combustibles, selon lui, n’ont rien à voir avec une bombe.

Le premier scénario évoque la destruction totale d’un seul élément combustible nucléaire dans le cœur du réacteur sans modifier sa cuve et les autres structures physiques du bâtiment qui l’abrite, suite à une corrosion avancée et à la suppression à l’intérieur de la gaine.
Le second scénario envisage la détérioration complète de tous les éléments combustibles du réacteur, consécutive au « crash » d’un avion de ligne sur le bâtiment.

Jérémie Muswema démontre, dans son travail de 147 pages, le schéma de son expérience, notamment l’inventaire des radionucléides après l’identification du terme de la source des radio-isotopes, l’utilisation du code de calculs « Korigen », version dérivée de « Origen » développée à Karlsruhe (Allemagne) et l’emploi du modèle de transport atmosphérique des radioéléments du gaussien, en supposant une libération de la radioactivité dans l’atmosphère immédiatement après le second accident, le premier ne conduisant pas, selon lui, à un quelconque dégagement.
Les résultats obtenus après les calculs chimio-nucléaires indiquent que « la sureté du fonctionnement du réacteur Triga Mark II de Kinshasa ainsi que la sécurité des travailleurs du site et des populations avoisinantes sont garanties », a rassuré le chercheur, à l’issue de la soutenance de sa thèse.

Outil scientifique de grande importance, cette thèse, publiée dans près de quinze revues internationales de grande renommée, se veut une réponse aux préoccupations sécuritaires des populations kinoises et environnantes.
Elle donne aussi aux décideurs des assurances quant aux mesures à prendre pour le redémarrage de ce réacteur, afin de le remettre en valeur à des fins utiles.

Le secrétaire général académique de l’UNIKIN, le Pr Prosper Kanyankogote qui a présidé cette séance académique et l’ensemble des membres du jury ont salué cette thèse, la première du genre, qu’ils ont qualifiée de « travail de pionnier qui trouve sa place sur les plans national et international ». ACP/Kayu/Ndom.

Dans la même catégorie