APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

Des pistes de solution au redémarrage du réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa


  25 Septembre      57        Innovation (317), Politique (21252),

   

Kinshasa,25/09(ACP). – L’assistant Jérémie Muswema Lunguya de l’Université de Kinshasa donne des pistes de solution pour le redémarrage du réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa, à l’arrêt depuis 2004, dans sa thèse de doctorat soutenue vendredi et au terme de laquelle il a été proclamé docteur en sciences, avec la mention « la plus grande distinction ».

Dans cette thèse intitulée « Étude par modélisation de la dispersion atmosphérique des radioéléments générés par le réacteur nucléaire Triga Mark II de Kinshasa lors d’un accident hypothétique », Muswema Lunguya
note que depuis des années, les populations de Brazzaville et de Kinshasa vivent dans une grande psychose, à l’idée de ce que pourrait devenir leur environnement en cas d’accident grave de ce réacteur installé à l’UNIKIN.
Il évalue, après analyse dans deux scénarios possibles, les conséquences radiologiques d’un éventuel accident du réacteur Triga Mark II, dont les différents éléments combustibles, selon lui, n’ont rien à voir avec une bombe.

Le premier scénario évoque la destruction totale d’un seul élément combustible nucléaire dans le cœur du réacteur sans modifier sa cuve et les autres structures physiques du bâtiment qui l’abrite, suite à une corrosion avancée et à la suppression à l’intérieur de la gaine.
Le second scénario envisage la détérioration complète de tous les éléments combustibles du réacteur, consécutive au « crash » d’un avion de ligne sur le bâtiment.

Jérémie Muswema démontre, dans son travail de 147 pages, le schéma de son expérience, notamment l’inventaire des radionucléides après l’identification du terme de la source des radio-isotopes, l’utilisation du code de calculs « Korigen », version dérivée de « Origen » développée à Karlsruhe (Allemagne) et l’emploi du modèle de transport atmosphérique des radioéléments du gaussien, en supposant une libération de la radioactivité dans l’atmosphère immédiatement après le second accident, le premier ne conduisant pas, selon lui, à un quelconque dégagement.
Les résultats obtenus après les calculs chimio-nucléaires indiquent que « la sureté du fonctionnement du réacteur Triga Mark II de Kinshasa ainsi que la sécurité des travailleurs du site et des populations avoisinantes sont garanties », a rassuré le chercheur, à l’issue de la soutenance de sa thèse.

Outil scientifique de grande importance, cette thèse, publiée dans près de quinze revues internationales de grande renommée, se veut une réponse aux préoccupations sécuritaires des populations kinoises et environnantes.
Elle donne aussi aux décideurs des assurances quant aux mesures à prendre pour le redémarrage de ce réacteur, afin de le remettre en valeur à des fins utiles.

Le secrétaire général académique de l’UNIKIN, le Pr Prosper Kanyankogote qui a présidé cette séance académique et l’ensemble des membres du jury ont salué cette thèse, la première du genre, qu’ils ont qualifiée de « travail de pionnier qui trouve sa place sur les plans national et international ». ACP/Kayu/Ndom.

Dans la même catégorie